La Guillotière (vue par…), part. III : demain c’est loin ?

Ceux qui veulent juste la galerie photo (le texte est un peu long, je vous comprends), c’est par là, ou en cliquant sur les photos, comme d’hab.

Fin de cette (première ?) journey en terre de la Guillotière. Au cours des épisodes précédents, on a vu des références au passé, puis au présent. Quid de l’avenir ?

2009-08-07-Guillotiere01

D’une certaine manière, le quartier questionne son futur (et par extension celui de la société française), via l’engagement. Ici, sous la forme des multiples affiches politiques très présentes et dues en partie à la population étudiante locale, collectivement très active sur les mobilisations mais plus versatile individuellement sur la durée d’un engagement individuel. Ces affiches sont rarement visibles dans leur totalité. Le résultat, des messages politiques explicites, radicaux, mais dont l’esthétique transformée renvoie à soi sur ses propres idées et la place que tient cet engagement dans notre quotidien.

Dur, dur d’être un mino

2009-08-07-guillotiere2

Le fait que ces affiches soient partielles est-il un reflet du monde de consommation qui place le temps (chronologique mais aussi de cerveau) passé sur les questions politiques par une population rendue de fait un peu plus individualiste, moins collective, zapping addict, ou tout simplement l’un des signes qu’une qualité de vie difficile à maintenir à un niveau minimal de dignité relègue au second plan des priorotés ces questions ?

Quand elles ne sont pas déchirées, la superposition des affiches rend aussi difficilement lisibles les propositions de chacun, aboutissant à un message brouillé. In fine, crise de la pensée politique individuelle, ou crise du politique ?

La lutte politique de représentants (beaucoup moins mainstream que les courants majoritaires plus médiatisés) ressort dans sa réalité brute de devoir se battre au quotidien pour encore exister, contrainte de s’exprimer sur le même mode que celui des prostituées façon prénom-n° de portable. Pour le même résultat si on se base sur l’état de ces messages tarifés.

Dans les deux cas malgré tout, le combat d’indésirables qui luttent comme ils le peuvent pour continuer à vivre, dans un contexte et un avenir qui ne laisse rien présager de bon pour les marges.

Jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici…

2009-08-07-guillotiere-03

Il est question de l’avenir, donc. De l’avenir d’un quartier très mélangé, mais dont la situation géographique l’amène progressivement à voir une population un peu plus aisée le peupler. La tranquillité du quartier serait de plus en plus requise, l’invitation aux ravalements de façade plus pressante, la rationalisation des quelques hangars en friche ou en activité plus impérieuse.

En tout, une part de chaos est vitale. Pas sûr que les gestionnaires de l’époque actuelle partagent cette philosophie. Cet affichage sauvage, désordonné, peut donner quelque inquiétude sur la représentation de l’engagement politique, en lambeaux ou lacunaire. Mais il trouve encore dans le quartier sa place, ses lieux d’expression, son biotope symbolique pour les évolutions à venir dans les parages et au-delà. Et les multiples démarches associatives, collectives, individuelles pour faire vivre le quartier sont bien présentes.

Pour combien de temps ? On n’en sait rien, mais ce serait dommage de ne pas participer…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s