8e Biennale Internationale du Design (St-Etienne) : le rayon geek

L’honorable ville de St-Etienne accueille du 14 au 31 mars la 8e édition de la Biennale du design. On peut ronchonner à juste titre que quinze jours, c’est un peu court. Mais faute de mieux, autant en profiter pendant que c’est ouvert (le reste de l’année, le Musée d’Art Moderne vous accueille aussi, pour info). Une soixantaine d’expositions sur 80 lieux, j’en passe sur la liste de chiffres qui font que vous n’aurez pas d’excuse pour passer à côté de cette manifestation protéiforme. La multiplicité des propositions fait qu’il y en a pour tous les goûts. Donc pour les geeks. Le thème de la Biennale est « l’empathie ou l’expérience de l’autre ». Les joujous qui nous intéressent sont exposés sous la bannière « l’empathie technologique ». Des choix de techno qui enrichissent les objets du quotidien et la production de méta-données, du quantified-self partageable sur les réseaux, de la réalité augmentée, du contrôle à distance. L’hyperconnexion au quotidien. Petite sélection d’objets numériques, utiles ou pas.

 

– Nike Hyperdunk+Sport Pack Basketball (oui oui, c’est le nom entier, bravo Nike) : destinée aux joueurs de basket, cette chaussure intègre des capteurs de pression et de mouvement dans la semelle. Ceux-ci vont mesurer aussi bien la stabilité du joueur que la rapidité du jeu ou la hauteur des sauts. Les données sont ensuite transmises via un module en bluetooth. Une appli mobile permet de faire un suivi longitudinal des performances, ou de les partager avec d’autres utilisateurs. J’ai par ailleurs déjà vu des modèles (de Nike aussi ? À vérifier) pour les coureurs de fond et d’autres sports. En tant que sportif amateur, je suis preneur de la version foot avec les stats de distance parcourue, calories dépensées, etc.

2013-03-nike

– Smart Watch (Sony) : il y a déjà eu un peu de buzz dessus, l’occasion de voir à quoi elle ressemble. Question de goût, mais je suis pas fan du design. Au-delà de ça, si vous n’êtes pas encore assez connecté avec votre tablette, votre ordinateur portable et votre smartphone, c’est l’outil idéal : cette montre sous OS Android vous permet d’être averti de vos SMS, mails, notifications FB et tweets. Et ensuite de les consulter. Petite contrainte : la montre est synchronisée avec votre smartphone (qui a priori doit aussi être sous Android, donc) via l’appli LiveWare et celui-ci doit se trouver dans un rayon de 10m. Soit 9,80m de trop, me répondrez-vous 😉

2013-03-watch

– Oakley Airwave : fabriquées par Oakley, ce sont des lunettes de ski à réalité augmentée. Sur les pistes, on peut donc visualiser sa vitesse, mesurer ses sauts ou se localiser sur des cartes préchargées, et évidemment partager ses exploits avec les autres possesseurs de Airwave. Aussi au programme, l’écoute de musique (c’est le pied, la musique quand on glisse) et même visualiser les appels entrants et sms. Mais qui va enlever ses gants par – 10° pour répondre à Tonton Fernand, je vous le demande. Pour la fiche technique, l’appli est disponible pour Android et iPhone, et la connexion se fait en bluetooth.

2013-03-oakley

– Phileas (Ixiade) : après un retour en avion de Barcelone, je m’étais ému sur mon Twitter de survoler des territoires sans savoir précisément où j’étais, et souhaitais l’installation obligatoire de hublots tactiles à réalité augmentée avec un GoogleMap ou OpenMap qui indiquerait en transparence les données géographiques. Bon, on peut rêver encore longtemps (quoique…), mais ce globe terrestre Phileas fabriqué par le grenoblois Ixiade apporte un début de solution technologique avec son écran numérique qui propose une carte dans laquelle on peut naviguer à volonté. On peut mettre à jour les cartes via le wifi, pour s’assurer périodiquement que la terre est toujours ronde.

2013-03-globe

– Paypal Here (Paypal) : annoncée pour l’été 2013 en France et concurrente direct de Square (créé par le fondateur de Twitter), cette solution de paiement mobile se compose d’une appli (Android ou iPhone) et d’un terminal qui s’insère dans la prise jack. On charge son crédit, ou on paye par CB directement le commerçant qui voit son compte crédité immédiatement. A l’heure du paiement par smartphone qu’on nous promet pour très très bientôt, Paypal Here devrait être l’un des premiers produits à arriver en Europe. A l’usage, on verra quelle technologie l’emportera, entre ce type de solutions à périphérique ou d’autres technologies par transmission de données à un terminal numérique installé chez le commerçant. Perso, je ne me risquerais pas à risquer de flinguer l’entrée audio de mon smartphone. Mais pour les micro-commerçants qui jusqu’ici ne pouvaient accepter la CB (genre les chalands du marché dominical), ça peut être une très bonne solution de mini-terminal de paiement.

2013-03-paypal

Sont aussi exposés une sélection de six projets du concours « Orange vous souffle à l’oreille », pour lequel l’opérateur-sponsor de la Biennale a demandé à des étudiants designers d’imaginer les oreillettes de demain tout en les rendant plus attractives. Parce que les oreillettes, ça envoie moins d’ondes dans le crâne que le téléphone collé à l’oreille, et que si elles sont jolies et originales, on a tout de suite beaucoup plus envie de les montrer.

Je suis assez fan des oreillettes CraftTech DIY HANDSFREEKITS à tricoter soi-même (aiguille fournie) et fabriquées avec du tissu conducteur. On n’arrête pas le progrès, et la douceur du tissu est très attirante, comparé à nos fils électriques vus et revus depuis des décennies. Pas sûr que ça change grand chose par contre sur le quart d’heure à passer pour démêler les écouteurs. Mais au moins c’est soyeux au toucher.

2013-03-DIY01

Plus surprenant, le patch-tatouage audio OS 2.0, qui retransmet le son via les os de notre squelette, par vibration. Selon l’endroit du corps où vous posez le patch, demandez à votre voisin(e) de vous aider pour passer à la chanson suivante, car sinon ça peut être acrobatique. Et ça peut être ludique.

2013-03-OS-2-light-all

Enfin, pour les méta-geeks, on a aussi trouvé dans cette Biennale des… prototypes d’habitacles de serveurs low-cost. Le contexte-contrainte : configuration modulaire, micro-production locale et réutilisation de matériel existant. L’objectif : cette récupération de hardware permet un équipement peu cher qui en démocratise l’usage, et une double-visée écologique avec cette 2e vie des équipements et une réduction de la consommation électrique (liée au refroidissement des appareils) de par les matériaux ou la configuration envisagés. Pour un résultat surprenant qui va de serveurs en bois ou en tiges de métal, en récup de bonbonne plastique découpée ou même, mention spéciale du jury de moi, en terre cuite. Ils ont été réalisés par l’Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle (Paris), en collaboration avec la start-up verte Hedera Technology (Montreuil) et l’association d’insertion Ateliers Sans Frontières. Quand on vous dit qu’il y en a pour tous les goûts !

2013-03-allserveurs

Publicités

Une réflexion sur “8e Biennale Internationale du Design (St-Etienne) : le rayon geek

  1. Pingback: 8e Biennale Internationale du Design (St-Etienne) : quand le web 2 et le web 3 s’invitent | toniolibero

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s