Primaires UMP à Lyon : les lièvres et la tortue

Vendredi 10 mai avait lieu à la permance de la fédé UMP du Rhône une conférence de presse pour présenter le mode opératoire des Primaires UMP pour les Municipales 2014 de Lyon. Cinq candidats, et des questions.

2013-05-UMP-02

Rendez-vous était donné rue Vauban, au siège de la Fédé UMP. Un vendredi matin au milieu des ponts du mois de mai. Ce qui explique probablement un nombre restreint de journalistes, certains multitâches étant peut-être aussi occupés par les Nuits Sonores ambiantes (où se produisait un Gérard Collomb en auto-promo dès le mardi soir aux Cafés Libé). Les cinq candidats UMP (Nora Berra, Georges Fenech, Emmanuel Hamelin, Michel Havard et Myriam Pleynard) étaient présents, avenants avec les visiteurs, un peu moins entre eux. En Monsieur Loyal, le maire de Meyzieu et Secrétaire départemental de l’UMP du Rhône Michel Forissier s’est borné à lire le texte fourni à la presse reprenant les modalités du vote des Primaires pour les Municipales.

 

Ce qu’il faut en retenir :

– le vote est ouvert à tous les lyonnais, sans nécessité d’être adhérent UMP

– tout lyonnais inscrit sur les listes électorales au 1e mars 2013 pourra voter

– les bureaux de votes seront disponibles dans les mairies d’arrondissement

– il faudra verser 1 € symbolique pour voter

– pas de vote par procuration possible

2013-05-UMP-04

Un tract reprenant les candidats a été édité par la Fédération et sera distribué dans 235 000 boîtes aux lettres lyonnaise. Cette même Fédération met à disposition une fois pour chaque candidat sa salle de réunion pour des rencontres publiques. Concernant le financement,chaque candidat a droit à un budget de 3 000€ pour sa campagne(en fonds propres). L’UMP 69 participera pour sa part à hauteur d’environ 15 000€, dont une partie sera imputable aux comptes de campagne. Tout comme la facture du candidat vainqueur, ainsi que celle de tout candidat perdant qui s’associerait officiellement à celui-ci. Sachant qu’un budget de campagne pour les Municipales de Lyon tourne entre 300 000€ et 400 000€ pour les « grands » partis, ce serait donc autour de 7% du budget campagne qui auront servi à financer une élection primaire faute de n’avoir pu fixer un candidat unique avant.

Si tous les candidats ont signé un pacte mutuel de non-agression pendant cette campagne, aucun n’a officiellement affirmé se rallier aux listes du vainqueur. Ambiance, donc : solidaires, mais de loin.

 

Concernant le calendrier, il se décompose comme suit :

  • mercredi 24 avril : ouverture de la campagne du 1e tour
  • samedi 1e juin à minuit : fin e la campagne du 1e tour
  • dimanche 2 juin : 1e tour de scrutin (8h-20h)
  • lundi 3 juin : ouverture de la campagne de 2e tour de scrutin éventuel entre les deux candidats de tête, si aucun candidat n’a atteint plus de 50% dès le 1e tour
  • samedi 8 juin à minuit : fin de la campagne du 2e tour de scrutin éventuel
  • dimanche 9 juin : 2e tour de scrutin éventuel (8h-20h)

2013-05-UMP-01

En février, un sondage informel de LyonMag avait mis Hamelin en tête, suivi de Havard (ce dernier ayant appelé à ces Primaires, par ailleurs). Mais la vérité du printemps (enfin, c’est vite dit vu la pluie) ne sera peut-être pas celle de l’hiver. A l’époque, LyonMag avait eu plus de 15 000 votes, là où officiellement l’UMP n’annonce pas d’objectifs de participation (et on a lu dans la presse un objectif officieux de 2 500 participants). L’UMP joue donc gros dans ces primaires, car outre le temps perdu et le budget de campagne déjà entamé, se profile le risque d’une faible participation (signe que la droite lyonnaise n’est toujours pas guérie de ses maux) ou d’un candidat qui n’aura rassemblé qu’une majorité très relative. Ce qui ne règlerait pas la question du leadership local. Dans l’hypothèse d’un candidat plus radical comme Hamelin ou Fenech qu’on a vus aux Manifs pour Tous, pourraient aussi ressurgir les tourments des problématiques d’alliances avec les composantes les plus à droite de l’échiquier lyonnais. Bref, rien ne sera vraiment résolu lors de la nomination finale du candidat de l’UMP.

Pendant ce temps, le maire sortant devrait être investi début octobre, et a tout loisir d’ici là de continuer une campagne qui ne dit pas son nom entre visites de terrain plus fréquentes qu’auparavant et dîners thématiques, et quelques publications municipales qui ressemblent étrangement à des valorisations de bilan. Et une liberté de mouvement à s’employer à choyer sa gauche, ou à entretenir ses divisions. La tortue ne semble pas pressée, l’avenir dira si ce calcul était le bon dans un climat social où la foi dans le politique est à restaurer…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s