Biennale d’art contemporain de Lyon 2013 : la sélection perso

La Biennale d’art contemporain  se déroule à Lyon jusqu’au 5 janvier 2014 sur le thème « entre-temps… brusquement, et ensuite ». Tournée du proprio en photos, sur quatre des cinq sites officiels (parce que la Fondation Bullukian, j’ai pas encore pris le temps). Et coups de coeur persos très subjectifs.

[galerie complète à voir ici]

LA SUCRIERE

Pas de coup de coeur particulier, du cul un peu gratuit dès l’entrée et à tous les étages. Mais des amis ont beaucoup apprécié, comme quoi les goûts et les couleurs… et c’est tant mieux comme ça. On retient les badges Yoko Ono spécial téton/foufoune, pour faire des cadeaux rigolos aux copains.

Yoko Ono, inspiratrice de nombreux sex-shops 70's à travers le monde.


Yoko Ono, inspiratrice de nombreux sex-shops has-been à travers le monde depuis 40 ans.

LE MAC

J’avais adoré l’édition 2011 de la Biennale, j’avais un peu peur après avoir commencé par la Sucrière. Heureusement le MAC m’a redonné le sourire avec les oeuvres d’Antoine Catala, Mary SibandeTakao Minami, Bjarne Melgaard ou le duo Ryan Trecartin Lizzie Fitch.

Les 4 cavaliers de l'Apocalype en peluche.


Les 4 cavaliers de l’Apocalype en peluche.

L’ÉGLISE ST JUST

On commence les lieux anachroniques, comme en 2011 avec l’usine TASE. L’église St Just (à 5 mn du funiculaire Minimes-Théâtres Romains) accueille le Barbie Slave Ship de Tom Sachs. Avec 324 Barbies esclaves qui ont toutes un nom à découvrir sur le panneau dans l’aile droite. On s’amusera de lire que Björk y cotoie Catherine Deneuve, les Femen ou… Divine 😀

 Un bateau dans une église. Les crues hivernales s'annoncent sérieuses.


Un bateau dans une église. Le diocèse de Lyon prend très au sérieux les risques de crues du Rhône.

LA CHAUFFERIE DE L’ANTIQUAILLE

La chaufferie de l’antiquaille, l’autre lieu anachronique (en face du théâtre gallo-romain qui accueille les longues queues de spectateurs des Nuits de Fourvière). Et là, j’ai été pris par surprise. Une installation sonore immense (qui passait notamment la 9e Symphonie de Beethoven, ça marche à chaque fois avec moi) et dans une petite salle une installation vidéo où des animaux en porcelaine pissent le sang au ralenti car ils se font tirer dessus, deux oeuvres de Zhang Ding. Mon engouement pour le lieu tient au fait que c’est un ancien lieu désaffecté, et donc tout graffé (dont un Totipote, en plus). Une friche, donc. Je ne pouvais qu’adhérer !

Pour le remake de 2001, l'Odyssée de l'espace par EELV et le FdG, la question du monolythe a du faire l'objet d'un consensus satisfaisant toutes les parties.


Pour le remake de « 2001, l’Odyssée de l’espace » par EELV et le FdG, la question du monolythe a du faire l’objet d’un consensus satisfaisant toutes les parties.

[galerie complète à voir ici]

PS : les vidéos officielles de la Biennale d’art contemporain sont réalisées de brillante manière par les copains de pioucube. Ceux-ci sont priés de me payer l’apéro pour ce rappel de leur talent.

Publicités

3 réflexions sur “Biennale d’art contemporain de Lyon 2013 : la sélection perso

  1. Pas encore eu le temps d’y aller à cause d’une mission professionnelle de longue durée, mais j’avoue que moi au contraire en 2011 j’avais été un peu déçu, alors cette année je crains le pire…

    • Du haut de mon « je suis pas un spécialiste », j’ai plus pris de plaisir en 2011 globalement. Même si les 2 lieux du 5e (église St Just et Chaufferie de l’Antiquaille) valent le coup. Mais pas assez de coups de coeur au MAC et Sucrière. Malgré cela, des amis ont bcp aimé, donc once again « affaire de goûts »…

  2. Pas mal le coup des cavaliers de l’apocalypse ! Même si je ne suis pas fan d’art contemporain, je serais curieuse de voir cette expo, la prochaine fois que je descends à Lyon très certainement !

Les commentaires sont fermés.