[GRRRND ZERO] le communiqué de presse du 03/12/2013 d’avant les fêtes

Hello à toutes et tous, j’ai reçu ça dans ma boîte mail hier de la part de la team GZ, je vous le retransmets tel quel (et donc, je me foule pas trop, sur ce coup). Communiqué de la team Grrrnd Zero :

2013-12-GZ-Bohlen

Le site de Bohlen. Une friche qui aurait pu faire envie. (source : communiqué de presse de Grrrnd Zero)

« RÉSUMÉ

Grrrnd Zero, collectif actif depuis neuf ans sur Lyon pour l’existence d’un espace dédié aux cultures et aux manières de faire indépendantes /expérimentales / bizarres / underground / alternatives, se débat depuis 7 mois avec la Ville de Lyon pour la réalisation du plan de relogement négocié et décidé au printemps-été 2013. Le collectif devait bénéficier, au terme de 9 années de bras de fer pour faire valoir l’importance de ses activités, après 7 ans d’occupation conventionnée sur un bâtiment inutilisé du parc foncier public (que les utilisateurs auront été sommés de quitter pour faire place à un projet urbain de plus grande ampleur), d’une relocalisation vers un bâtiment situé à Vaulx-en-Velin. La proposition faite par la Ville de Lyon (via sa Direction des Affaires Culturelles) contenait entre autres une mise à disposition gratuite du 60 Av de Bohlen pour un minimum de 5 ans, un investissement à 300 000 € pour remettre en état les lieux, et un agenda « prioritaire » pour limiter la période de non-activité de Grrrnd Zero causée par ce délogement-relogement.

Sept mois après les accords initiaux la Ville de Lyon, par une accumulation d’approximations administratives, bloque la mise en place du chantier par le collectif et le redémarrage effectif des activités à venir. Crispé par la suspension de la communication imposée par la Ville de Lyon, Grrrnd Zero interroge publiquement l’état d’avancée et le calendrier effectif des équipes municipales sur ce dossier.

COMMUNIQUÉ

I. PRES DE DEUX ANS DE NÉGOCIATIONS POUR UN PLAN DE RELOGEMENT

A partir de l’été 2011, alors que les manœuvres des pouvoirs publics (Grand Lyon principalement) pour récupérer le lieu Brossette se faisaient de plus en plus insistantes, un processus de préparation du relogement de Grrrnd Zero était posé comme priorité par la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de Lyon. L’objectif fixé, sous forme de compromis entre les pouvoirs publics et le collectif, était que Grrrnd Zero partirait en douceur du 40 rue Pré Gaudry dès l’accord sur un plan de relogement réaliste du projet.

La première année et demie de négociation aura en fait uniquement consisté à écarter une liste initiale de « pistes » de lieux potentiels : la plupart retirés aussi immédiatement qu’ils avaient été proposés par les pouvoirs publics, les autres inadaptés pour des raisons d’accessibilité ou de disposition ou d’état des bâtiments.

Finalement c’est in extremis fin mars 2013 que la DAC de la Ville de Lyon, pressée par l’aménageur privé censé récupérer les bâtiments Brossette (en principe pour enclencher le projet de ZAC des Girondins¹), finit par présenter à Grrrnd Zero une véritable proposition pour le déplacement des activités. Après deux mois de négociation spécifique pour fixer les contours précis du projet, la Ville de Lyon et le collectif se mettent d’accord sur les garanties suivantes :

• mise à disposition des locaux situés au 60 av de Bohlen à Vaulx-en-Velin, lieu propriété Grand Lyon, pour une durée de 5 ans minimum

• gratuité de la mise à disposition suite à un arbitrage de Gérard Collomb sur le dossier

• le lieu étant inexploitable en l’état (réseaux électrique et eau sabotés, mauvais état général du lieu, volume vide à réaménager, etc) la Ville de Lyon engagera un investissement à hauteur de 300 000 € pour permettre à Grrrnd Zero de conduire un projet de réaménagement sur une surface entre 1500 et 2000 m2. Et ce pour rendre au collectif la même capacité opérationnelle qu’il avait acquise au 40 rue Pré Gaudry

• le projet de travaux sera réalisé directement par Grrrnd Zero et l’équipe de maitrise d’œuvre choisie par le collectif. La Ville de Lyon et Grrrnd Zero ont co-élaboré le programme sommaire de travaux sur lequel se base le projet de réaménagement du lieu. A savoir installer des bureaux, des locaux de répétition, et une salle de diffusion

• en ce qui concerne l’utilisation de la surface non-exploitée du site la Ville pourra proposer des projets, qui ne pourront se réaliser qu’avec l’accord de Grrrnd Zero

• l’objectif fixé est que le collectif puisse rentrer le plus tôt possible sur le site, et que la mise en activité recommence au plus vite. A ce titre deux conventions, l’une pour encadrer l’occupation du lieu, l’autre pour décrire le montage financier de l’opération, devaient intervenir sous peu.

Le collectif Grrrnd Zero a donc accepté de déménager le 40 rue Pré Gaudry selon les modalités de ce projet, en tablant sur une perspective solide de reprise rapide des activités, dans un lieu nouveau que le collectif aura adapté à ses besoins. Le processus ainsi fixé supposait : que Grrrnd Zero prenne les devants du travail de conception et de chantier pour l’aménagement du lieu, et que la Ville de Lyon réalise ses engagements en posant les bases administratives et officielles indispensables au déclenchement des opérations.

II. POINTS DE BLOCAGE SUR LA RÉALISATION DU PLAN DE RELOGEMENT – QUESTIONS OUVERTES A LA VILLE DE LYON

A J+7 mois de l’accord passé et après plusieurs ultimatums, crispé de voir son travail constamment retardé par une inertie administrative injustifiée, le collectif veut trouver une porte de sortie à la situation de blocage en interrogeant publiquement la Ville de Lyon sur l’état d’avancée réelle du dossier. Les appels répétés à un agenda commun sont en effet restés sans réponses.

La frustration du collectif est d’autant plus aiguë que ce plan de relogement a été à l’origine constitué et proposé par les équipes de la Ville de Lyon, puis négocié avec eux selon les termes d’un projet solide, faisable et prioritaire.

– Pourquoi le calendrier imposé par la Ville ignore systématiquement les demandes du collectif Grrrnd Zero ?

– Pourquoi le conventionnement de la mise à disposition du lieu n’est toujours pas intervenu ?

– Pourquoi la Ville a-t-elle revue le vote de la subvention censée compenser les travaux de remises en état du lieu ?

1. Méthodologie des équipes de la Ville

Nous devons depuis quelques mois essayer de composer avec une manière de faire où les équipes de la Ville révisent régulièrement leurs engagements. Ce comportement imprévisible peut porter sur un point de négociation débattu il y a plusieurs mois ou sur une promesse d’avancées pour dans quelques jours.

Exemple : la DAC annonce en réunion du 2 mai qu’un “projet de convention” est en cours de préparation. En septembre elle reconnait que ce document n’a en réalité jamais existé, confirmant ainsi que le travail sur le conventionnement du lieu n’avance pas.

Grrrnd Zero n’a pas pu obtenir de rendez-vous de travail ou de négociation ni avec la DAC ni avec le Grand Lyon depuis 5 mois. Nous constatons malheureusement une communication suspendue.

Le collectif arrive uniquement à décrocher des mises à jours incomplètes sur l’évolution en interne du dossier. La DAC présente en général ses décisions unilatérales sur l’agenda comme des évidences, en déniant par là le processus de discussion.

Exemple : l’agenda de vote de la subvention d’investissement a été décidé en interne et imposé par la DAC, à l’insu d’une négociation qu’en façade le collectif devait avoir avec les équipes de la Ville sur ce point.

Les équipes de la Ville opposent au collectif une forme de déni de la situation de blocage, en essayant d’imposer leurs mises au rabais du projet comme des nouvelles réalités retro-actives. La DAC ignore systématiquement les aspects décisifs et problématiques des demandes de Grrrnd Zero, pour se focaliser sur : d’une part quelques avancées au compte-goutte et insuffisantes au vue des engagements initiaux, d’autre part une vision du dossier où “tout est sous contrôle”. En réalité, plusieurs aspects du dossier accumulent un retard considérable témoignant d’un manque de préparation au jour de la proposition officielle du plan de relogement (comme par exemple sur la coordination avec les équipes municipales de Vaulx-en-Velin).

2. Conventionnement du lieu Bohlen

Grrrnd Zero constate l’absence d’avancées concrètes sur la formalisation du conventionnement du lieu Bohlen. Nous n’avons reçus aucun signe, aucun brouillon de convention, tandis que l’essentiel des modalités de la mise à disposition ont été actés dès le printemps-été 2013, notamment suite à un arbitrage du maire sur les questions de la gratuité et du transfert de la mission d’aménagement du lieu au collectif. Grrrnd Zero insiste depuis plusieurs mois sur l’importance pratique de mettre au clair l’attribution du lieu Bohlen au projet (garantie définitive de mise en place du projet, cadre légal pour légitimer les interventions de réaménagement du lieu).

Incompréhension quant au retard accumulé (qui alimente le manque général d’officialisation du projet) : la DAC oppose au collectif depuis cet été une absence de justification claire, en renvoyant sur l’existence de mystérieux « points de désaccord” entre eux et le Grand Lyon. Depuis 7 mois la DAC donne la même réponse que “le travail sur la convention est en cours” tout en refusant de nous révéler, malgré nos relances répétées, les points de débat censés poser problème. La DAC adopte le même comportement de déni de ses engagements au sujet de la convention.

Exemple : dans un mail du 4 octobre, la DAC promet des solutions imminentes devant faire suite à des réunions internes décisives , en faisant état d’une “proposition finale (de convention) à vous envoyer”

En conclusion, le voile mis par la DAC sur le conventionnement du lieu et sur le retard de son intervention, empêche de traiter avec eux des questions de fond sur le lieu Bohlen. Depuis 7 mois Grrrnd Zero ne peut aller de l’avant dans le projet. alors qu’au départ et au vue des accords de printemps-été 2013, cette étape ne devait être qu’une formalité.

Les questions de la durée d’occupation, de la gratuité, du rôle du Grand Lyon dans le plan de relogement, sont-elles encore débattues malgré l’arbitrage du maire ?

3. Déblocage de l’investissement prévu pour une remise en l’état du lieu

La DAC, malgré l’opposition exprimée par le collectif depuis le 23 septembre, a décidé de modifier la procédure de mise à disposition de l’investissement prévu. Nous nous étions accordé sur un “versement échelonné via un remboursement sur présentation de factures” pour un montant global garanti à 300 000 € en 2013 afin de remettre le lieu en état d’utilisation, tandis que la DAC défend aujourd’hui un agenda où l’investissement serait voté par tranche (« vote échelonné ») jusqu’à des dates inconnues. Le montage est imposée à Grrrnd Zero malgré la contradiction avec les engagements de base. La DAC rejette également les demandes du collectif à intervenir dans le débat sur ce calendrier, en menant son affaire sans transparence.

Problème : si la DAC a bien fait voter en conseil municipal de novembre ce qu’elle appelle une « 1e tranche » d’investissement à 100 000 €, aucune garantie ou calendrier sur les tranches suivantes n’est mis en place ou même évoqué pour appuyer cette nouvelle méthodologie.

Une marge d’erreur et d’incertitude plane sur le projet, avec la crainte d’un scénario catastrophe où l’investissement total ne répondrait pas aux engagements de printemps-été 2013, ce qui annulerait tout le travail de préparation du chantier effectué jusqu’ici par Grrrnd Zero et remettrait ainsi en cause la faisabilité du projet de relogement.

De manière générale, en l’absence d’échéances, le projet est bloqué par la DAC.

Pourquoi la DAC a-t-elle détourné les termes de l’accord sur l’investissement pour le lieu Bohlen, et fait passer en force en novembre 2013 un vote à un tiers du montant convenu ?

Pourquoi la DAC ne communique pas au collectif son agenda de vote ? Quelle est la suite des opérations prévues après le vote en conseil municipal de novembre ? La DAC table-t-elle sur la proposition d’une délibération prochaine pour compléter l’enveloppe d’investissement convenue ? Pour 2013 ? Pour 2014, et à quel moment ? Comment prévoit-elle que ce vote sectionné puisse rentrer en coordination avec l’agenda de réalisation du chantier effectif sur Bohlen, et donc avec ses exigences en termes d’approvisionnement financier ?

RAPPEL DU CONTEXTE

I. PRÉSENTATION SOMMAIRE GRRRND ZERO

Grrrnd Zero est un collectif d’activistes lyonnais dont l’objectif est d’organiser un abri stable pour les pratiques indépendantes/expérimentales/underground : un espace préservé de la précarité perpétuelle subie par la majorité des lieux d’activités alternatives mais qui ne ferait aucun compromis quant à ses contenus et ses modes de fonctionnement (soutenir des systèmes au-delà des logiques de profit, refus de reproduire des formes d’organisation et d’événements arbitrairement hiérarchisées, résignées et centrées sur elles-mêmes).

II. RAPPEL DU CONTEXTE – POSITIONNEMENT HISTORIQUE DE GRRRND ZERO VIS À VIS DES POUVOIRS PUBLICS

Grrrnd Zero apparaît en 2004 en choisissant d’interpeller les pouvoirs publics par le squat d’un bâtiment vide appartenant au Grand Lyon. Au terme d’un long bras de fer le collectif finit par obtenir la mise à disposition gratuite d’un bâtiment abandonné appartenant cette fois-ci à la SACVL.

Ballotté de convention temporaire en convention temporaire sur un bâtiment pris « en l’état » (ce n’est qu’au fil des années d’occupation et d’aménagement des locaux que le collectif adapta petit à petit l’espace à ses besoins²), Grrrnd Zero est finalement resté 7 ans dans les locaux du 40 rue Pré Gaudry. 7 ans d’activités associatives, de création (une douzaine d’espaces de travail/résidence occupés à l’année), de répétition (environ 60 projets musicaux hébergés chaque saison), de vie collective et de concerts (en moyenne 85 dates pour 4000 membres par an), et 7 ans sur la sellette pendant lesquels les pouvoirs publics n’auront jamais souhaité garantir au collectif une pérennité du projet (conventions à répétitions sur des durées de plus en plus courtes et interdiction initiale de lancer une opération de remise aux normes de parties du bâtiment). Le collectif aura dû repousser plusieurs tentatives d’expulsion en imposant le relogement total des activités représentées comme condition au départ du 40 rue Pré Gaudry.

Rappelons que depuis toujours Grrrnd Zero défend une position claire : exiger la possibilité d’investir un bâtiment inutilisé et exploitable du parc foncier public, afin de développer en autonomie et avec une certaine lisibilité sur l’avenir les activités culturelles qu’elle défend et héberge.

1 A l’heure où nous parlons le lieu Brossette est paradoxalement toujours debout et inoccupé.

2 Jusqu’à aller construire en comptant sur ses seules propres ressources (avec un investissement a posteriori de 5000 € par la DAC de Lyon) un espace de concert recevant l’autorisation d’ouverture ERP en octobre 2013. »

Publicités

2 réflexions sur “[GRRRND ZERO] le communiqué de presse du 03/12/2013 d’avant les fêtes

  1. Pingback: Foire de Lyon : le rock du daron en foire | toniolibero

  2. Pingback: François Bégaudeau, radicalement démocrate | toniolibero

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s