Musique à Lyon : lettre ouverte de GZ à GC à propos de Bohlen

Ce matin, je me suis réveillé avec la dernière mouture de la newsletter de Grrrnd Zero adressée à Gérard Collomb. Pour resituer, Grrrnd Zero est le chantre de la culture et musique alternatives à Lyon depuis près de dix ans, œuvrant dans leur ancien lieu basé à Gerland, d’une part, ainsi que dans de nombreux lieux partenaires qui accueillent leur programmation éclectique (Triperie, Sonic, Périscope…). Et pour les concerts qui ont lieu à GZ, parfois du prix libre, souvent des tarifs plus qu’accessibles. Un exemple de culture populaire qui illustre une fois de plus les difficiles relations entre les milieux alternatifs et officiels.

[et MAJ le 28/05/2014 à lire après la lettre ouverte, avec les commentaires de GZ suite à un article de novembre paru dans Tribune de Lyon, et le communiqué de GZ sur les négociations à propos du site de Bohlen daté de décembre 2013 à télécharger ici]

2014-05-GZ-live2

Outre sa grosse activité de programmation musicale diverse et variée, Grrrnd Zero, c’est aussi un maillon important de la nébuleuse d’activistes liés à l’art (graphistes, affichistes et sérigraphistes, liens forts avec le salon de la micro-édition, groupes de musique locaux ou pas, dizaines de petites mains bénévoles…).

2013-11-GZ4Grrrnd Zero avait accepté de déménager de Gerland (au cœur de Lyon, à 3 mn d’un métro et dans un arrondissement a priori volontariste) à l’ancienne usine Bohlen, un bâtiment à rénover de fond en comble basé en périphérie à Vaulx-en-Velin, à 10 mn bien tassées du terminus de la ligne A Carré de Soie. Bon gré mal gré, GZ avait eu la promesse d’une subvention de 300 000€ pour refaire le lieu (l’estimation de travaux de GZ tournait autour de 1 million d’€ mais ne s’était pas laissée abattre et avait accepté). GZ allait se doter, d’après un manifeste publié en septembre 2013 sur leur site, d’ « une bonne salle de concert, mais aussi pourquoi pas un cinéma, une cantine, un théâtre, un studio d’enregistrement, un complexe bricolage-réparation-hacking, une école DIY, une imprimerie 2D/3D, un sauna en zéro-gravité, etc. » Bref, un projet audacieux, inhabituel, et couillu comme on les aime. Trop indépendant, peut-être ? Toujours est-il que les 300 000€ se sont transformés pour le moment en 100 000€ votés au Conseil municipal de Lyon au 1e semestre 2014 (pratique pour payer les entreprises qui effectuent les travaux) et que des demandes de loyer imprévues sont entre-temps apparues par surprise. Une partie de l’historique est à relire ici, et on vous invite aussi à revoir l’interview de TomTom qui parle de la philosophie de GZ, notamment sur le décloisonnement spectateurs/acteurs, en faisant de fait un espace participatif concret et plutôt réussi.

Comme c’est reprécisé dans le communiqué ci-dessous, les travaux initiés par les bonnes volontés internes sont déjà en cours (et GZ recherche des outils ou certains matériaux, liste ici). Les besoins de GZ sont peu consommateurs de finances publiques au regard du service rendu. Bref, c’est tout sauf un projet de babloche. Et pourtant…

Pour en savoir plus : la Bohlen-aventure est à lire ici, et une interview sur Radio Canut où des membres de GZ racontent l’histoire et les péripéties du collectif. Et toutes les infos (programmation et mésaventures) sont à lire sur leur site. Abonnez-vous à la newsletter au passage, c’est très joliment écrit et il y a plein d’extraits musicaux.

D’ici-là, voilà la newsletter reçue ce mardi 27 mai dans ma boite aux lettres, contenant une lettre ouverte au maire de Lyon et président du Grand Lyon, intitulée lettre à Gérard :

 

Association GRRRNDZERO
…………..
 
Gérard Collomb,
Maire de Lyon, Président du Grand Lyon
 
A Vaulx-en-Velin, le 24/05/14

Cher président du Grand Lyon, cher maire de Lyon.

Nous, Grrrnd Zero, activistes depuis bientôt 10 ans dans cette ville pour y défendre une horde de cultures alternatives, sommes au bout du rouleau.

Avant que tes services ne ferment notre ancien QG de Gerland, Grnd Zero c’était plus de cent concerts par an, des locaux de répétition accueillant une cinquantaine de groupes, des résidences, des bureaux pour des activités militantes, de l’édition, de la photo, du dessin, de la robotique…
Il y a un an, nous quittions en souplesse cette place forte sur la garantie d’un nouveau lieu,  situé au 60 av. de Bohlen à Vaulx en Velin. Grrrnd Gerland était sensé être détuit dans les jours suivant notre départ, il est pourtant toujours debout, désespérément vide.

Mais le plus gros problème n’est pas là : notre relogement, supposément négocié et garanti par tes administrations, intégré à ton programme électoral, localisé sur ton nouveau territoire Métropolitain, impliquant des travaux de rénovation financés par tes subventions, n’existe toujours pas.
Nous avons pourtant multiplié les réunions avec une infinité de services, produit tous les éléments, études, plans et budgets nécessaires au démarrage des travaux, puis élaboré un chantier collaboratif qui n’attend plus qu’une convention officielle pour se déployer. Cette convention, d’abord prévue en septembre 2013, s’est vue repoussée au mois d’octobre, puis novembre, et puis et puis, jusqu’à aujourd’hui.

Récemment, le Grand Lyon nous a rendu visite. Au moment précis où l’on osait penser que tout allait enfin se mettre en place, ON NOUS DEMANDE DE RENDRE LES CLEFS. On réalise que les services fonciers de la Ville et du Grand Lyon découvrent tout juste le dossier, avouant par là l’inutilité d’une année visiblement passée à négocier dans le vent. Grosse épidémie d’amnésie dans les locaux de la mairie.

On nous fait comprendre que GZ n’est pas prioritaire sur ces locaux à “revaloriser”. Qu’en vérité le Grand Lyon souhaite surtout louer à d’autres et à prix fort les m² que GZ n’utilisera pas. Qu’il faudra pour cela engager des travaux d’aménagement colossaux qui retarderaient encore notre installation.
En gros, la possibilité et la durée de notre présence à Bohlen serait conditionnée par celle de colocataires plus lucratifs, comme si cette friche industrielle en ruine depuis des années était soudain devenue un enjeu économique démentiel pour le Grand Lyon. Tout ça en attendant une énième expulsion (dans 3 ans, 5 ans, 7 ans ?), cette fois justifiée par un hypothétique projet de parc d’attractions programmé pour le siècle prochain.

Cher Gérard, comment un projet de relogement à priori victorieux a-t-il pu mener à un tel naufrage ?

Nos revendications sont simples :

– régularisation immédiate de la présence de Grrrnd Zero au 60 avenue de Bohlen.

– bail d’au minimum 5 ans à la signature, renouvelable.

– allocation gratuite de la friche.

Et oui, un bâtiment public abandonné utilisé par des projets non-marchands ne devrait pas requérir de loyer. On ne veut pas non plus d’un montage où la Ville de Lyon paierait le Grand Lyon : tes administrés n’ont pas à subir le partage de compétences saugrenu entre tes collectivités territoriales. Les municipalités se trouvent dépossédées des bâtiments publics de leurs territoires par le Grand Lyon, qui gère la quasi-totalité du foncier tout en négligeant les initiatives culturelles ou sociales de proximité.

Nous ne doutons pas que ton amour indéfectible des cultures ündergründ saura te faire prendre ces décisions politiques. Dans le cas contraire, nous comprendrons que tu regrettes en fait secrètement notre départ de Lyon et espères que nous nous réinstallions en centre-ville. Peut-être même as-tu sous le coude d’autres bâtiments vides que tu n’as pas eu la liberté juridique de nous soumettre. Ne t’en fais pas, s’il le faut, ces bâtiments nous les trouverons, et les occuperons volontiers en ton nom.

Bisous Bisous

les GZ

///////////////////////////////////////////////////////////////

Voilà la lettre ouverte que nous avons envoyé officiellement à M. Collomb le samedi 24 mai. En fonction de la réponse ou de l’absence de réponse, nous appellerons alors à une nouvelle vague de courriers de soutien et d’inondation de standards téléphoniques. On en reparle la semaine prochaine !
D’ici-là, faite tourner l’info autant que vous le pouvez. www.grrrndzero.org

 

Merci !
2014-05-GZ-live

[MAJ 28/05/2014] ajout de la réaction de Grrrnd Zero sur le forum de Tribune de Lyon après parution de l’article « le collectif Grrrnd Zero s’invite au conseil municipal » (28/11/2013) à propos de la subvention votée de 100 000 €. Même si cette réponse date de quelques mois, elle me semblait intéressante à intégrer pour avoir le son de cloche de GZ dans le suivi de cette affaire :

Grrrnd Zero 22:49 | 28/11/13
Bonjour, Ici Grrrnd Zero. Nous sommes en train de communiquer méthodiquement nos raisons et les dessous de cette histoire de relogement.Nous regrettons de ne pas avoir eu le temps de communiquer aux médias avant ce vote, mais voici déjà des compléments d’infos qui vous serons peut-être utile.
Qu’est-ce qui se passe donc chez nous ? On est parti de nos locaux à Gerland en mai dernier faisant confiance à un projet de relogement à Vaulx-en-Velin. Un lieu Grand Lyon, confié à nous pour 5 ans, sans loyer, car dans un très sale état et abandonné depuis plusieurs années. C’est-à-dire sans électricité, ni eau, ni chauffage, ni fenêtres, ni parfois murs. Une friche inutilisable dans l’état, où tout est à reprendre : la salle de concert doit être construite à partir de zéro, de même pour une grosse partie des activités de création, tout doit être remis aux normes, c’est un chantier obèse.
Nous avons accepté ce plan en fonction de l’engagement de la Ville de Lyon sur un financement de 300 000 euros en subvention d’investissement pour rendre utilisable 2000m2 de la friche et réouvrir gz et sa nouvelle salle courant 2014. Ce qui nous a semblé énorme sur le coup mais lorsque l’on connait les coûts moyen de rénovation au m² (entre 300 et 500e au m² pour les travaux qui nous concernent), cette somme était déjà théoriquement insuffisante. On s’est malgré tout dit qu’en payant juste les matériaux et en faisant le plus possible nous-même, on pouvait s’en sortir dans la sobriété et enfin permettre à gz de s’installer et se développer un peu plus. En contrepartie à notre investissement dans le dossier, la promesse de la Direction des Affaires Culturelles (DAC) de Lyon était alors de finaliser l’assemblage et financement du projet pour la fin du mandat municipal actuel, pour garantir des délais acceptables d’ouverture du lieu et ne pas nous mettre en porte-à-faux avec les élections. C’était le plan en mai dernier.
Or depuis mai on est coincé dans le sable gluant du « ça avance ». Or 7 mois plus tard nous n’avons même pas vu passer un brouillon de convention. La Ville de Lyon n’a toujours pas réglé le partage des responsabilités entre Vaulx-en-Velin, le Grand Lyon et Grrrnd Zero, et nous n’avons donc toujours pas pu engager de travaux. Alors même que le 40 rue Pré-Gaudry est toujours debout et vide. Et mieux on nous annonce finalement que le financement sera maintenant découpé en tranche, que le reste suivra, sans nous dire quand.
On veut bien entendre que l’administration et les petits rigolos de la vie associative vivent sur deux plans d’existence très lointains, mais on aimerait croire à une forme de communication hyperespace entre les deux. Disons que nous envoyons des signaux, ça c’est sûr. Nous regrettons en être à un point de blocage où bien que nous demandons avec insistance des réunions (la dernière remonte à 5 mois !), la mise en place d’un agenda commun, de rencontrer les officiels et le propriétaire, rien ne semble se passer, on nous lâche à peine que c’est plus compliqué que prévu. Plus le temps passe et plus les communications se relâchent.
On a fini par faire un ultimatum et il est arrivé à terme il y a deux semaines, et nous brisons ainsi le « secret d’instruction ». 100 000 euros ont été votés lors de ce Conseil Municipal de novembre. Oui, ça parait gros comme somme, mais ça rend tout projet initial de rénovation infaisable si cela reste à ce niveau. Le souci c’est que toute mention précise du suite du financement en inconnue. Et lorsque l’on demande où sont les 300 000 et quand la suite sera votée, on a rien de tangible. On se retrouve donc avec un projet ultra complexe, pensé sur un budget de 300 000 et dont seuls 100 000 semblent pour le moment exister, sans contractualisation du bien, avec 7 mois de retard purement administratifs, et pas de nouvelles, ni de concessions. Rien ne nous rassure car le projet est loin pour nous d’être officialisé ou monté.
Tant que nous n’aurons pas un partage clair des responsabilités, une officialisation collectives des différents interlocuteurs, et un agenda certifié, le projet sera en danger.
Qu’est-ce qu’on compte faire maintenant ? En l’absence de prise de position claire de la Ville dans les prochaines semaines, il sera temps de mener des actions plus frontales comme, imaginons, occuper un nouveau bâtiment vide. Après 9 ans d’existence, des centaines de concerts, plusieurs milliers de membres réguliers et des dizaines de rendez vous avec les pouvoirs publics, il serait dommage de repartir du point de départ.
Nos objectifs sont simples :
  • que la Ville, le Grand Lyon et l’ensemble des pouvoirs publics concernés brisent leurs voeux de silence et officialisent le projet dans le détail avec toutes les promesses initiales (financement, durée, conditions d’accès).
  • qu’une convention soit scellée par le sang entre GZ, le Grand Lyon et la Ville
  • qu’un calendrier soit inscrit en gras sur chaque en-tête officiel de la ville, histoire d’être bien sûr que ça ne se perde pas.
  • enfin, vu le retard pris et la complexité grandissante du projet nous demandons un allongement de la durée d’accès au lieu.
Nous avons joué le jeu de la confiance avec la Ville, nous sommes partis de Gerlande sur leur bonne foi, dans le prolongement de la stratégie initiale de gz : trouver un compromis avec les pouvoirs publics pour fortifier nos actions. Cependant ce choix a fragilisé la centaine d’utilisateurs réguliers qui travaillent quotidiennement à Gerland, et nous ne pouvons supporter les retards et les imprécisions. Si la situation ne se débloque pas, la Ville sera seule responsable de notre retour à la vie sauvage.
Publicités

3 réflexions sur “Musique à Lyon : lettre ouverte de GZ à GC à propos de Bohlen

  1. Pingback: T’as vu quoi ? #67

  2. Pingback: Grrrnd Zero : ça avance | toniolibero

  3. Pingback: culture à Lyon : six ans pour le collectif Grrrnd Zero | toniolibero

Les commentaires sont fermés.