L’appel de JV Placé pour un rapprochement de EELV vers le centre : une surprise ?

Fin mai, le sénateur EELV Jean-Vincent Placé suggérait à son parti de s’ouvrir au centre, ce qui a suscité une vague d’incompréhension de la part de nombreux militants sur la toile. Pourtant, cette démarche d’ouverture dans un parti habituellement situé à la gauche du PS est-elle réellement une surprise ? Un début de réponse à travers les pré-municipales lyonnaises.

2014-05-EELV-inspirez-lyon

Partenaire des listes PS lors des scrutins municipaux précédents de 1995 (Les Verts), 2001 et 2008, EELV a fait campagne à part pour les municipales lyonnaises de mai 2014. Ce fut un choix des militants et sympathisants en juin 2013 lorsque EELV lançait sous la bannière « Inspirez Lyon » un scrutin public qui ouvrait le choix entre une alliance dès le premier tour avec les équipes de Gérard Collomb ou le choix de partir sans eux en campagne. Sans le PS local, donc, mais pas tout seul pour autant.

2014-05-EELV-echarpeEn effet, les dirigeants locaux d’EELV avaient le désir d’être la plateforme de rassemblement des gauches lyonnaises (comprendre le Front de Gauche local et le Gram de Nathalie Perrin-Gilbert) et du candidat centriste ex-Modem Eric Lafond. Et, dans le fond, ils n’étaient pas farouchement opposés au candidat Collomb, au profil de gauche centriste. La campagne un peu molle des candidats verts leur permettra de ne pas trop froisser leur partenaire historique, facilitant un rapprochement de listes avec le PS quelques heures à peine après les résultats du 1e tour.

Cette timide campagne des Verts s’explique aussi par le fait qu’Eric Lafond a préféré partir seul, misant sur un bon score dans une ville historiquement centriste, en vue de négocier au 2e tour ses voix au plus offrant contre quelques sièges. Quant au Front de Gauche, si une alliance avec les candidats Etienne Tête et Emeline Baume était envisageable, il était hors de question pour les représentants du Parti de Gauche, de Gauche Unitaire/Ensemble et du Parti Communiste de faire liste commune avec des centristes considérés comme libéraux. Les négociations n’aboutirent donc à aucun accord ou rapprochement. EELV se retrouva donc sans partenaire et obligé de partir en campagne hors des listes PS après le vote public, avec pour objectif de limiter la casse en nombre de représentants au sein des mairies d’arrondissement, à la mairie centrale et au Conseil municipal.

Lors d'un débat public du Gram en octobre 2013, alors que les alliances n'étaient pas scellées, Armand Creus (GU/Ensemble) interpellait Etienne Tête (EELV) sur une alliance avec le FdG et le Gram de Nathalie Perrin.

Lors d’un débat public du Gram en octobre 2013, alors que les alliances n’étaient pas scellées, Armand Creus (GU/Ensemble) interpellait Etienne Tête (EELV) sur un accord avec le FdG et le Gram de Nathalie Perrin.

C’est ainsi que les lyonnais de gauche eurent en gros le choix entre la liste « Evidemment Lyon » du PS (sans la rose sur les bulletins, comme déjà en 2008), la liste « Inspirez Lyon » de EELV et la liste « Lyon citoyenne et solidaire » du Front de Gauche allié au Gram.

C’est donc déjà cette ouverture au centre que les dirigeants locaux des Verts voulaient monter, un projet désavoué par les militants* et les partenaires potentiels. Des dirigeants pourtant dans la ligne de Daniel Cohn-Bendit, à la vision sociale-démocrate et favorable à des rapprochements avec les libéraux au Parlement européen. Dans de nombreuses villes (Tours, par exemple), les militants ont refusé de partager les listes centristes ou PS pour les municipales. Le désaccord entre la base et les dirigeants perdurera-t-il longtemps ? Cela dépendra notamment de l’évolution de la sociologie de ces militants, parmi lesquels des déçus du PS qui ont garni les rangs des Verts il y a quelques années déjà. Et qui, pour certains, ont récemment rejoint Nouvelle Donne, le nouveau parti à l’assemblage hétéroclite créé par Pierre Larrouturou.

*  Cas de figure quasi-similaire au PC lyonnais, où le vote militant de novembre 2013 a été très serré, le choix de liste autonome FdG l’emportant de peu sur le choix d’une alliance du parti avec le PS dès le 1e tour qui était là encore le choix privilégié d’une majorité de responsables PC locaux. Désavouant le vote militant, de nombreux responsables du PC local rejoindront d’ailleurs les listes « Evidemment Lyon » sans sanction ni exclusion.

Pierre Larrouturou lors du meeting Nouvelle Donne pour les Européennes à Villeurbanne (avril 2014)

Pierre Larrouturou lors du meeting Nouvelle Donne pour les Européennes à Villeurbanne (avril 2014)

Publicités