Médias et réseaux sociaux : iTélé, les photo-journalistes et les blogueurs

mercredi 23 juillet, comme dans de nombreuses villes en France, un rassemblement pacifique s’est déroulé place des Terreaux en soutien aux victimes palestiniennes des bombardements israéliens de la bande de Gaza. En point d’orgue de l’événement organisé localement par le Collectif 69, un happening demandait au millier de personnes venus soutenir la cause de s’allonger par terre pour symboliser les victimes. C’est alors que je pris une photo de la scène. Et que je la publiai sur Twitter. Et les médias m’inquiétèrent.

[ et pour les curieux, le livetweet de ce rassemblement est à revivre ici ]

2014-07-iTélé-ABN-Tw

la photo que je publie sur mon compte Twitter à 18h58 le 23 juillet

Par curiosité, je m’étais rendu en observateur à ce rassemblement, et je n’étais pas le seul : outre les forces de sécurité massivement présentes (le spectre des débordements de Paris la semaine précédente était dans toutes les têtes), les sympathisants et les organisateurs, de nombreux journalistes (photo, télévision, radio, presse écrite) s’attelaient à leur tâche d’informer, de reporter.

Mon Reflex en bandoulière a facilité ma présence dans le rudimentaire espace presse aménagé au bas des marches de l’Hôtel de Ville, entre les orateurs et la foule. En mode reportage, en observateur, je livetwittais la manifestation, entre retours d’ambiance et photos de la foule venue en nombre.

Surprise, je constate que le compte Twitter de iTélé a repris une de mes photos (en me citant comme auteur, quand même). Cette photo représente des journalistes au centre en 1e plan (dont une journaliste reporter d’image employée par la chaîne d’info qui a repris le cliché), qui font des images – photo ou filmées – des manifestants allongés autour et derrière eux, l’étendue de la place des Terreaux en perspective (pour voir la photo originale, c’est par là).

2014-07-iTélé-Tw

Sur le compte Twitter d’iTélé, publié à 19h04 le 23 juillet

I’m happy

La première réaction est égocentrique : on est toujours content d’être repris par un média national. La photo a depuis sa publication été retweetée plus de 300 fois à l’heure où je vous parle (soit deux jours plus tard), via le compte de la chaîne. Et likée plus de 2 000 fois et partagée sur près d’un millier de murs, via le compte Facebook d’iTélé qui l’a aussi réutilisée sur ce réseau social. Bref, des milliers de personnes ont vu une photo que j’ai réalisée avec mon smartphone. Pouvoir du web, et être au bon endroit au bon moment. Je vais me faire tatouer un Warhol sur le torse en rentrant.

2014-07-iTélé-FB

Sur le profil Facebook d’iTélé, publié à 19h07 le 23 juillet

Sauf que. Deux petites choses qui me chiffonnent.

Le choix du low cost (ou de l’amateur, en tout cas)

Sauf que, comme je l’ai dit, parmi les nombreux journalistes dépêchés sur place, on comptait aussi pas mal de photographes, en agence (un JRI mandaté par l’AFP était présent) ou en indépendants.

On le sait, la profession de journaliste est soumise à rude épreuve, la presse est en crise. Et les photo-journalistes sont peut-être les plus touchés, les places sont chères pour vivre de ses images et l’investissement en matériel est lourd financièrement, sans certitude d’être rentabilisé à terme.

Donc iTélé, au lieu d’acheter une photo à un professionnel présent, a préféré reprendre ma photo. Eventuellement, dans le feu de l’action, ça peut se comprendre, je n’ai pas été le seul à être repris par le compte Twitter. Mais sur Facebook, je comprends moins la démarche de ne pas avoir joué la carte de la photo pro, car on y est moins soumis à l’immédiateté. Je pourrais éventuellement me dire que ma photo est vraiment exceptionnelle (ce qui aurait aussi pu expliquer qu’ils l’aient publiée si vite sans m’en avertir). Mais bon, restons humble, on était tous au même endroit, donc on doit tous avoir les mêmes images. Sauf que, au final, ma photo a coûté moins cher (voire rien) à une rédaction pour accompagner ses sujet sur les manifestations.

2014-07-iTélé-photo

De plus, quelle vérification a été faite par le community management de iTélé, lorsqu’il a décidé de reprendre cette photo d’un auteur anonyme, et en le citant ? le compte Twitter de la chaine ne me suivait pas. Ma photo a été prise au hasard. J’aurais pu être un dangereux activiste pro-israélien, ou un antisioniste militant pour la lutte armée. Certains twittos ont réagi à la photo via le compte de iTélé, je me retrouvais mêlé à des conversations parfois virulentes. Si j’avais eu l’un des profils partisans en question, j’aurais pu rajouter de l’huile sur le feu, et/ou mettre iTélé dans l’embarras, l’accusant d’appartenir à l’un ou l’autre des camps concernés.

Bref, cette pratique des rédactions de reprendre des photos d’anonymes sans vérification n’est pas sans risque.

iTélé, very bad egotrip ?

Je rappelle que sur cette photo, on distingue en décor une masse de gens, et au premier plan, beaucoup plus distinctement… des journalistes (dont camérawoman d’iTélé identifiable au micro jaune). Pour illustrer de l’actu, un média montre des journalistes. Hum.

Médias en difficultés financières et peinant à trouver des nouveau modèles économiques viables, journalistes à un carrefour des pratiques, à qui on demande de savoir écrire, filmer, monter, photographier (Saint Shiva, priez pour eux) : le web a totalement transformé une profession qui n’a pas totalement appréhendé le numérique. Et même pour ceux qui l’ont intégré dans leurs pratiques, ça ne les empêche pas de se tirer une balle dans le pied, on le constate ici avec cette reprise d’une photo amateur : des rédactions choisissent de montrer des journalistes. Une profession qui se regarde, en gros. C’est ce qui s’appelle, hélas, tourner en rond.

[ pour voir d’autres photos prises lors de ce rassemblement et non reprises par des rédactions professionnelle, c’est sur mon Flickr 🙂 ]

2014-07-iTélé-JRI

Advertisements

7 réflexions sur “Médias et réseaux sociaux : iTélé, les photo-journalistes et les blogueurs

  1. De très bonnes questions. Je n’aurais pas permis, personnellement la reprise d’une de mes photos, sans doute dans le but de les obliger à payer un professionnel.
    🙂

    • ce sont peut-être là mes limites, car au moins ils ont cité la source. Et énormément de photos d’anonymes sont reprises sur Twitter, même si la réécriture des légendes peut être discutable. Twitter est sur l’immédiateté, donne à rendre une ambiance à un instant T, ça peut être utile pour donner des impressions (en très gros, hein).
      Pour Facebook, ça me pose bcp plus question, quand même…

  2. Ca m’est arrivé plus d’une fois.comme si certains pensaient les blogueurs comme de gentils ravis à qui on pouvait tout piquer.Et en effet d’en profiter pour ne pas payer le travail.

    Mais autre question:peux t on reprocher aux médais de jouer le jeu des médias sociaux?

    • Désolé du délai de réponse, entre course après le temps et zappage, bref…

      Le débat peut aller loin sur ta question, et est tres interessant. J’en poserais une autre : que fait la ptesse du 2.0 ? Tant dans son utilisation que dans le traitement.

      Le Huff qui se veut un vaisseau amiral ne paye pas ses contributeurs tout en ratissant large dans les blogueurs pour avoir du contenu gratos. Le Huffington Post qui est dirigé par des journalistes. Une corporation dont certains ont bcp de mal à accepter les blogueurs (et d’autres journalistes beaucoup moins). Le Huff, donc, qui tire une balle dans le pied de son propre secteur, alors que les pigistes représentent plus de 50% des cartes de presse et que la précarité frappe ce métier de journaliste de plein fouet…

      On peut faire une nuit sur ta question, la mienne, qu’il n’y aura plus rien à boire avant qu’on en ait fait à peine la moitié du tour…

  3. Pingback: Après Trump et Fillon, qu’attendre de 2017 ? du fact checking et pas de sondages. | toniolibero

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s