Régionales 2015 en Auvergne-Rhône-Alpes : l’avant-match

Septembre va être la saison des régionales. Depuis les municipales et les européennes de mai 2014 et les départementales de mars 2015 , La trêve électorale bien nécessaire pour les nerfs de la plupart des formations politiques de notre beau pays, est bel et bien terminée. Pas sûr que cette reprise n’ait pas un goût amer, tout au moins dans la toute nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes (ou Rhône-Alpes-Auvergne, si vous êtes lyonno-centrique).

2012-06-legisl-2

A l’approche des lancements de campagne des différents candidats déclarés, on en est là, dans le coin :

À GAUCHE :

Le FdG et les Verts n’arrivent toujours pas à s’entendre. Comme d’hab, entre gens de la gauche hors-PS. Ah si, finalement, ils se feront des bisous pour le 1e tour. Avec Nouvelle Donne, mais sans le PCF. On ne doute pas qu’au digestif post-1e tour, ça se tirera un peu dans les gambettes, comme ce fut le cas lors des municipales lyonnaises. L’effet pschiiiittt post-mélenchon 2012 laisse en tout cas peu d’espoir pour cette liste. Mais dans la continuité des municipales lyonnaises, EELV et le PC ne feront pas alliance dès le 1e tour avec le PS, comme c’était souvent presque traditionnellement le cas. Une tendance qui se perpétuera à l’avenir ?

2015-08-regionales-larroutourou

Nouvelle Donne attend toujours de remplir ses cartes de visite.

La Fédé PS du Rhône risque fort de militer au ralenti : Jean-Jack Queyranne (baron local) ne veut pas de la femme de Gérard Collomb (méta-baron local) en 2e position sur sa liste, il lui préfère une société civile* ex-PS. En tout cas, il n’est pas serein, et l’éventuelle perte de la région n’est pas forcément pour déplaire à tout le monde en vue des échéances futures : le sénateur-maire-président de la métropole lyonnaise verrait d’un bon œil la perte de pouvoir d’un de ses historiques opposants internes.

2015-08-regionales-queyranne

JJ Queyranne, capitaine abandonné ?

À DROITE :

Avec une grande habileté politique, le Modem local se rallie en deux temps au candidat ex-UMP mais très très sarkozyste Laurent Wauquiez (qui avait déjà dealé avec l’UDI). Les orange avaient auparavant rappelé leurs nombreux points communs, ce qui a achevé de convaincre le maire du Puy-en-Velay d’opter pour un grand rassemblement de la droite. Une équipe qui part soudée autour de ses valeurs, donc. Mais Wauquiez, candidat très à droite, saura-t-il séduire un électorat traditionnellement modéré, ou jouira-t-il du vote-sanction que craint le PS ? En tout cas, il en irrite déjà certains sur la blogosphère régionale, et les militants plutôt centre-droit ne soutiennent pas forcément ses prises de position parfois populo-radicales.
Se joue aussi probablement le futur leadership de la droite régionale : Laurent Wauquiez et Pascal Blache, le maire du 6e arrondissement de Lyon, avancent leurs pions à leur échelle, lentement mais sûrement.

2015-08-regionales-wauquiez

Les cuistots presque d’accord sur le menu proposé par Laurent Wauquiez.

TRES A DROITE :

Tête de liste ou en situation éligible aux régionales en 2010, aux cantonales en 2011, aux législatives en 2012, aux municipales en 2014 (on en oublie probablement), Christophe Boudot confirme son statut de globe-trotter des scrutins pour une campagne qu’on imagine très constructive et toute en finesse (on déconne). En tout cas, Libération l’a déjà mis à l’honneur en mars 2015. Après des Européennes de 2014 réussies et une présence récurrente aux 2e tours des dernières élections municipales partielles, le FN local espère continuer à s’ancrer dans le paysage électoral.

2015-08-regionales-FN

Voilà la situation. Avouez que ça fait envie.

On a l’habitude de dire que plus une élection est locale, plus les citoyens votent. Pour les municipales 2014, on a vu en moyenne nationale 40% d’abstention au 1e tour, et 36% au 2e tour. On vous passe celui des départementales 2015 (en fait, non : 51,5% d’abstention dans le Rhône) ou des élections municipales partielles suite à l’annulation des résultats de 2014 (à Vénissieux, 60% d’abstention en 2015).
Le portrait dressé des forces en présence pour Auvergne-Rhône-Alpes ne fait pas rêver, et encore on ne fait même pas allusion aux dissensions internes au niveau national chez tous les prétendants. Bref, on va rire… à en pleurer.

*les sociétés civiles sur les listes électorales : si leur présence donne un goût de non-encarté aux listes électorales, il s’agit parfois d’anciens militants ou de militants à qui on a demandé de ne pas renouveler leur adhésion au parti en vue de ces constitutions de listes. La droite comme la gauche pratiquent cet œcuménisme citoyen artificiel.

Advertisements

Une réflexion sur “Régionales 2015 en Auvergne-Rhône-Alpes : l’avant-match

  1. Pingback: Régionales ARA 2015 : le courrier du retrait des candidats PS de la liste Queyranne débriefé | toniolibero

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s