#Regionales2015 : le courrier du retrait des candidats PS de la liste Queyranne débriefé

La menace était dans l’air, c’est fait : le journal Le Progrès a annoncé le 15 septembre 2015 le retrait des candidats PS de la liste de Jean-Jack Queyranne. Des élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes qui commencent bien, à gauche.

Débrief du courrier envoyé aux militants de la Fédération PS du Rhône (en gras, le texte original du communiqué de David Kimelfeld, son premier secrétaire fédéral).

2015-09-JJQ-pdt

pour les nostalgiques, une affiche de la campagne régionale de 2010.

Cher(e) camarade,­

Lors du dernier bureau fédéral de la Fé­dération du Rhône, une position forte a ­été adoptée à l’unanimité moins une voix­. Il s’agissait d’alerter une nouvelle fois le chef de file socialiste sur l’inquiétude légitime de notre fédération qua­nt à ses décisions sur la composition de­s listes aux prochaines élections région­ales sur la Métropole de Lyon et sur le ­Nouveau Rhône. Une expression entendue e­t relayée lors du dernier Bureau nationa­l du Parti socialiste.

Il est vrai que Solférino a toujours tapé du poing sur la table pour faire respecter les directives nationales au sein des sections locales qui prenaient un peu trop leurs aises. Ou presque, comme lors des législatives de 2012 où des militants de la Fédération du Rhône ont perturbé la campagne du candidat officiel Philippe Meirieu et ont préféré soutenir Thierry Braillard.

En effet, si le premier des socialistes­ dispose d’une latitude légitime dans l’élaboration de ses listes, celles-ci ne ­sauraient se faire au mépris des valeurs­ de notre parti ni du vote des militants­, et sans une représentation acceptable ­des socialistes d’au moins 50%.

Ouf, le vote des militants ou du bureau fédéral est respecté. Bon, quand ils ne votent pas comme il faudrait la première liste des candidats PS qui accompagnaient JJQ en métropole, on les fait retourner fissa à l’urne pour remettre de l’ordre démocratique. Mais quand même, c’est une avancée. De plus, le caractère « acceptable » des socialistes est à géométrie variable, comme lors des municipales 2014 sur la liste du 5e arrondissement de Lyon.

Depuis, Jean-Jack Queyranne, ainsi que ­son directeur de campagne, ont confirmé ­et exprimé dans les médias que la situat­ion n’évoluerait pas en ce sens.

Imaginez si Cambadélis en personne avait appelé JJQ pour lui demander le retrait de Farida Boudaoud des listes, et que JJQ aurait répondu qu’il est le candidat investi, et qu’il choisira la composition de ses listes comme un grand. Un baron de Rhône-Alpes qui s’oppose à Solférino, on a très peur des sanctions.

Compte tenu de cette position, 14 colis­tiers socialistes de la Métropole et 4 colistiers socialistes du Nouveau Rhône m­’ont adressé par écrit leur décision de ­ne plus figurer sur les listes définitiv­es de notre tête de liste. J’en ai aussi­tôt informé Jean-Jack Queyranne par cour­rier.

Exclue du PS, Farida Boudaoud est présente en tant que société civile, comme l’affirme JJQ, mais c’est cette ancienne appartenance au PS qui est retenue pour refuser la liste par le bureau fédéral qui a toujours en travers la perte de la ville de Décines lors des dernières municipales. Des sociétés civiles ex-militants sur des listes électorales, tous les partis le pratiquent. La Fédération PS du Rhône grognerait-elle autant si Florence Perrin, battue par Jules Joassard pour la liste du Nouveau Rhône, démissionnait du PS pour être intégrée à une meilleure place sur la liste en tant que société civile ? Bref, de la politique politicienne de parfaite mauvaise foi.

Ces retraits individuels n’empêcheront ­pas la campagne de se dérouler.
Ainsi, la fédération du Parti Socialist­e du Rhône jouera pleinement son rôle sur le terrain, aux côtés des sections et ­des militants pour mener le combat qui s’impose contre la droite et l’extrême dr­oite dans la Région Auvergne Rhône-Alpes­.

Cette spécification doit être une réponse à LyonMag, qui dans un article annonçait ceci : « Pour rappel, le PS du Rhône a également interdit au président de la Région Rhône-Alpes d’utiliser ses locaux pour la campagne et n’est pas prête à mettre la main à la poche. » David Kimelfeld remet donc les pendules à l’heure : pas de mesquineries entre socialistes.

Amitiés socialistes, ­

David Kimelfeld­
Premier secrétaire fédéral du Rhône

Publicités