Circo #Lyon centre : EELV souhaite réaménager la rive droite du Rhône (et ne négocie pas avec Kimelfeld)

Dans un bar au pied de l’hôtel de ville, EELV lançait ce lundi sa campagne métropolitaine pour la circonscription Lyon Centre (1er, 2ème et 4ème arrondissements). Si des éléments programmatiques ont été annoncés pour la circo, le jeu des questions-réponses a laissé entendre que la révolution verte pourrait parfois prendre du temps, en fonction des sujets. Le cas Kimelfeld, lui, a été expédié bien plus rapidement.

Si la tête de liste pour cette circo, Fabien Bagnon, n’est plus à présenter, le médiatique ex-co-président de l’association La Ville à Vélo était accompagné de son binôme de liste Chloé Vidal. Un duo encadré par Sylvain Godinot (tête de liste EELV dans le 1e arrondissement pour les municipales) et l’inévitable Bruno Bernard, candidat EELV pour la métropole et accessoirement architecte de la campagne pour les écologistes. Un cocktail de candidats à la municipale et à la métropole, car « même si on vote deux fois, [EELV] fait une seule campagne. Les compétences de la ville et de la métropole sont très liées ».

Fidèle aux attentes, EELV propose pour cette circo Lyon Centre une végétalisation accompagnée de zones de rafraîchissement pour lutter contre les îlots de chaleur. Des vergers municipaux sont envisagés, composés de variétés locales, entretenus sans pesticide et pas trop gourmandes en eau. Chloé Vidal insiste sur les enjeux de bien-être et de santé publique que représente cette végétalisation.

On espère que le cactus ne fera pas partie des espèces locales des vergers municipaux.

Une mise au vert de la presqu’île qui s’accompagne d’une piétonnisation « ambitieuse, progressive et concertée ». L’idée est d’améliorer la qualité de vie des habitants, par une baisse de la pollution mais aussi des nuisances sonores. Cette piétonnisation permettrait aussi de « rendre la rue aux habitants, aux familles et aux enfants ». Des familles « exclues de la presqu’île », notamment à cause de la flambée de l’immobilier qui rend le cœur de Lyon inaccessible à de nombreux ménages. EELV promet donc des propositions sur le logement, sans en dire plus pour le moment.

La grande annonce un peu étayée de la soirée est celle d’un réaménagement de la rive droite du Rhône, entre Perrache et le tunnel de la Croix-Rousse, qualifiée par Fabien Bagnon d’« autoroute urbaine ». Au programme : des pistes à vélo et un trottoir élargis, une remise à niveau du quai en supprimant les trémies, et une circulation réduite à deux voies pour les voitures et une voie propre pour les transports en commun. Mais là encore, on est coupé dans notre élan : alors que des précisions sont demandées à Fabien Bagnon, le chef d’orchestre Bruno Bernard renvoie à une conférence de presse ultérieure dédiée à la mobilité.

Quand vient le moment des questions, la patience semble aussi de mise. Le remplacement des bus actuels roulant au diesel par des bus « propres », ou celui du parc automobile municipal ? On est tenu par le calendrier de commande en cours, même si les candidats EELV souhaitent l’accélérer. Et Sylvain Godinot de rappeler que l’urgence est à l’éco-rénovation des bâtiments municipaux, « mais pour les bâtiments, c’est lent ». Un paradoxal parfum d’urgence écologique tranquille flotte dans l’air, à ce moment de la conférence de presse.

La politique, une mécanique complexe.

La dernière question portait sur des rumeurs de discussions avec le clan Kimelfeld, qui enflent pour Lyon comme dans certaines circonscriptions de la métropole. Bruno Bernard se veut catégorique : « c’est totalement faux ». On n’est pas obligé de le croire, tant le maintien de la candidature de Georges Képénékian à la ville, malgré les 10 % de voix que le dernier sondage paru en décembre dans LyonMag lui accordent, représente autant de voix en moins pour Yann Cucherat, le candidat de Gérard Collomb pour Lyon. Un éclatement de l’électorat LREM qui renforce le poids d’EELV en tête des sondages pour le scrutin municipal, d’autant que Kimelfeld et Képénékian, plutôt à la gauche du spectre macroniste, sont loin d’être incompatibles avec les écologistes, ce d’autant plus depuis que Kim s’est positionné contre l’Anneau des Sciences. Une donnée qui n’aura pas échappé au responsable des élections et des relations avec les autres partis au sein de la direction nationale d’EELV, et qui aurait tort de ne pas chercher des alliés pour conquérir la métropole.

Sylvain Godinot a appelé de ses vœux « une campagne sous le signe de la bienveillance, car il est temps de dépasser quelques guéguerres ». À bon entendeur…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.