[BD] Pierre Poivre, premier écologiste lyonnais ?

Alors que l’écologie anime une campagne électorale inédite, le dessinateur Mathieu Bertrand rend hommage à une figure méconnue de l’histoire lyonnaise, dont on fêtait le tricentenaire l’an passé. À contre-courant de son époque, Pierre Poivre fut un négociant humaniste et botaniste émérite, sensible à la protection de l’environnement comme à la condition des esclaves qui travaillaient dans les colonies d’Inde ou d’Asie.
La bande dessinée Pierre Poivre, aventurier humaniste écolo réhabilite ce grand voyageur du XVIIIe siècle qui semble nourrir les racines du nouveau chapitre de l’histoire de Lyon post-Covid qui s’annonce.

Les hasards du calendrier nous jouent parfois des tours. Prévue hors de toute actualité politique, la bande dessinée Pierre Poivre, aventurier humaniste écolo a pointé son nez dans les librairies courant juin, en pleine reprise de la campagne électorale pour le second tour du 28 juin. Et ce contexte donne un goût particulier à la découverte de l’histoire de Pierre Poivre, que l’on doit à Mathieu Bertrand. Dessinateur lyonnais dont on a déjà parlé par le passé, il a prêté son trait aux scenarii de Marc Chinal, éditeur et auteur de Joanne Lebster, le début d’un nouveau monde (2016) ou du Déradicalisateur (2018).
Pour cette plongée dans une figure lyonnaise méconnue, Mathieu Bertrand se lance cette fois seul dans l’aventure, maniant comme il aime à le faire humour, passé, présent et éveil des consciences. Entretien.

Comment t’es-tu retrouvé à travailler sur Pierre Poivre ?
En 2019, le Jardin Botanique de Lyon cherchait à mettre à l’honneur Pierre Poivre, un botaniste lyonnais méconnu, à l’occasion des 300 ans de sa naissance. Ils ont contacté le Lyon BD Festival, qui les ont orienté sur mon type de dessin. Ils ont mis pas mal de temps à choisir, ça m’a laissé quatre mois pour réaliser une cinquantaine de planches et d’illustrations pour cette exposition qui a eu lieu l’année dernière dans l’Orangerie du Parc de la Tête d’Or. Quatre moments de la vie de Pierre Poivre étaient présentés sur des panneaux de bandes dessinées de 1 m sur 1,50 m, intercalés avec des textes de présentation qui expliquaient les épices, comment ça fonctionnait à l’époque, des animations… Cette exposition a rassemblé plus de 25 000 visiteurs.

Illustration pour l’exposition « Poivre, un lyonnais chasseur de plantes » (2019, © Mathieu Bertrand)

Passer à la BD était dans un coin de la tête après l’expo ?
Oui, car faire 42 planches de BD sans en faire un livre, c’était inimaginable pour moi. Je n’étais payé que pour l’exposition, mais le Jardin Botanique voulait en faire un livre, mais ils n’avaient pas les moyens techniques de le faire. Il fallait pour ça que je passe par une maison d’édition, et je me suis finalement orienté vers les éditions Réfléchir n’a Jamais Tué Personne de Marc Chinal. Le Jardin Botanique est crédité par rapport au financement des planches de l’exposition reprises dans la BD, mais aussi pour le pré-achat de 500 exemplaires du premier tirage, ce qui permet de soutenir cette petite maison d’édition Lyonnaise. La BD est éditée à 1500 exemplaires sur ce premier tirage, on espère que ce sera vite écoulé pour relancer une impression avant Noël !

Planche de la BD « Pierre Poivre, aventurier humaniste écolo » (© Mathieu Bertrand)

Qu’est-ce qui a changé, entre les planches de l’exposition et la BD ?
Pour la BD, j’ai beaucoup retravaillé l’ensemble. Pour l’exposition, iI y avait 4 épisodes de 8 pages et au moins 10 illustrations, soit 42 planches. Pour la BD, on arrive à 70 planches. Ce que j’ai recréé ensuite, ce ne sont pas d’autres planches avec Pierre Poivre, mais ce qui allait faire entrer son histoire en résonance avec notre époque. J’ai joué avec un personnage actuel, Paul, qui quitte la ville pour habiter à la campagne avec ses parents dans un habitat partagé. En débarrassant les affaires de l’ancien propriétaire de leur nouvelle maison, Paul tombe sur une grosse malle contenant notamment un vieux livre écrit par Pierre Poivre, et qui raconte ses périples, son aventure, les lois qu’il a faites passer au fur et à mesure…
La BD parcourt la vie de ce botaniste du XVIIIe siècle précurseur des enjeux écologiques et qui a fait passer des lois de protection de l’environnement, et d’un humaniste sur les questions de l’esclavage qu’il aurait aimé abolir, en rendant les esclaves complètement libres.

Planche de la BD « Pierre Poivre, aventurier humaniste écolo » (© Mathieu Bertrand)

Est-ce que le regard sur la démarche de Pierre Poivre est différent, dans le contexte actuel d’une montée en puissance des thèmes de l’écologie, des consciences politiques, qui sont des sujets que tu traites dans tes dessins depuis longtemps ? Pierre Poivre pourrait devenir une nouvelle figure du patrimoine lyonnais, un négociant axé sur la préservation, la relation à la nature et l’humanisme.
Oui, ça fait un vrai écho aujourd’hui, et c’est quelque chose que j’aime bien porter dans mes livres : l’écologie, l’engagement… Quand je fais un album ou un livre, j’aime bien apporter une orientation qui fait bouger les consciences. On n’imagine pas que déjà, à l’époque, Pierre Poivre se souciait de l’écologie en faisant passer différentes lois : éviter la déforestation massive, limiter les mono-cultures, ou la pêche et la chasse à la tortue de mer…

Que ce soit Emoi de Mai – Lyon en 68 feuilletonné au fil des numéros dans Lyon Capitale en 2018 ou d’autres travaux précédents, on retrouve ce fil de prendre des éléments historiques fantasmés ou existants pour les mettre en miroir sur le présent.
J’aime remettre en lumière un fait historique et l’amener en corrélation avec le présent, ou porter une autre lumière sur ce fait historique comme ça a été le cas pour mai 68… Encore aujourd’hui, on croit savoir ce qu’il s’est passé à Lyon mais les faits sont un peu différents de la légende. Lyon en 68, j’aimerais beaucoup continuer ce projet pour en faire un album. On pourrait aussi reprendre ce principe avec l’histoire des Canuts…

Dessin issu de Emoi de Mai – Lyon en 68 paru dans le mensuel Lyon Capitale (© Mathieu Bertrand)

C’est la première fois que tu es seul auteur de ce que tu dessines ?
Oui, c’est mon premier album 100% perso même si j’ai énormément collaboré avec Jean-Pierre Grienay, jardinier botaniste qui a beaucoup travaillé sur Pierre Poivre. Se baser sur un événement historique, c’est aussi avoir une base pour travailler un scénario, et c’est plus facile que de se lancer sur une page blanche. Actuellement je me sens confortable pour me réapproprier une histoire, la revisiter et la mettre en écho, ça me fait une base pour travailler le scénario.

Visuel pour « un Printemps sans Révolte » (© Mathieu Bertrand)

Quels sont les projets à venir ?
Pendant le confinement, je me suis lancé un “challenge confiné” qui consistait à faire un dessin par jour pendant toute la durée du confinement, que je publiais au fur et à mesure sur mes comptes Facebook et Instagram. Au début, je ne m’attendais pas à ce que ça dure aussi longtemps, du coup à la fin j’avais presque une soixantaine d’illustrations ! Le challenge a été très suivi sur internet et les réseaux sociaux. Les nombreux retours positifs m’ont donné l’idée d’en faire un livre : Un printemps sans révolte. Sur 70 pages illustrées, ce livre reprend des situations tirées du quotidien et de l’actualité, des émotions, des réflexions, des prises de conscience vécus durant cette période ! Et aussi, apporter de la légèreté, de la douceur et de la poésie pour rêver le monde de demain…

Pierre Poivre, aventurier humaniste écolo
Scénario & Dessin : Mathieu BERTRAND
Éditions Réfléchir n’a Jamais Tué Personne, en partenariat avec le Jardin botanique de Lyon – Direction des Espaces Verts
Commander la BD ou trouver la liste des librairies : www.editions-rjtp.com

Un printemps sans révolte
Campagne Ulule en cours. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Pour découvrir le travail de Mathieu Bertrand :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.