Webmarketing politique : l’avènement des cyberdémocrates

Depuis 2007, les règles de la communication politique ont été bouleversées par le numérique. Les personnels politiques, élus ou nommés, se doivent dorénavant d’être présents sur la toile, et les échéances électorales de 2014 (municipales et européennes) et 2015 (cantonales et régionales) vont booster cette tendance. Tous les candidats potentiels et leur staff maîtrisent-ils les us et coutumes du web pour leur campagne ? C’est la formation que propose l’agence de communication Tamento aux futurs représentants des citoyens.

2013-08-tamento-2

Gérer une page Facebook, tenir un blog, répondre sur Twitter… Autant de nouveaux enjeux de communication qu’une personne publique doit maintenant intégrer. Et quand il s’agit de politique, ces outils principalement web 2.0 sont dorénavant primordiaux (ou pas, pour certains) pour créer et entretenir le dialogue avec ses électeurs et concitoyens. Et si la génération Y commence à être représentée dans les instances publiques, tout le monde n’est pas forcément né digital friendly.

Ça tombe bien, l’expérimentée agence webmarketing Tamento se lance dans la communication politique (ou compol, pour les initiés) avec ses « Journées du web local ». D’origine lyonnaise et maintenant étendue sur le territoire, Tamento a construit un programme de formation destiné aux élus, candidats et staff de campagne avec un programme conséquent : création et bonnes pratiques d’une page Facebook, e-réputation, construire une campagne web, etc. Son association avec le cabinet de conseil et formation Idée(s) permet aussi de traiter des sujets comme les aspects juridiques ou l’intégration des dépenses numériques dans les comptes de campagne. Le programme comprend des ateliers théoriques et pratiques avec la participation d’intervenants de terrain et d’expérience.

2013-08-tamento-&

Les participants pourront aussi bénéficier d’un accès à un espace privé comprenant les vidéos des conférences et des ateliers pratiques, les supports de présentation et des outils spécifiques et un forum d’échange entre professionnels. Pour un avant-goût, vous pouvez d’ailleurs lire le blog qui a été mis en place, avec des analyses assez intéressantes sur les campagnes numériques d’Obama en 2008 ou des Présidentielles en 2012, par exemple. Et pour ne rien gâcher, outre un goût certain pour les bonnes tables, l’équipe organisatrice a choisi pour ces formations des lieux de prestige : la péniche l’Embarcadère pour Lyon (avec balade fluviale sur Saône et Rhône), l’INSEP pour Paris (avec tour du propriétaire) et la Maison de la Photographie pour Lille (visite là aussi).

D’habitude laissée à la discrétion de quelques agences qui n’en font pas forcément étalage, la compol se démocratise et s’affiche. Le regard implacable du net n’y est pas pour rien dans cette évolution, mais c’est un fait : pendant une campagne, les actions terrains IRL (in real life, dans la vie réelle, en opposition aux territoires numériques) sont inévitables, irremplaçables. Mais la présence sur le net n’est plus à négliger, tant au niveau du candidat que des mécaniques à mettre en place pour l’équipe de campagne ou les militants. Que les amis de Tamento – chez qui j’ai pu suivre quelques formations par le passé – prennent en main ces questions est donc une excellente nouvelle et une marque supplémentaire de leur écoute des besoins du web et du monde qui nous entoure, où les cybercitoyens sont de plus en plus nombreux à s’exprimer sur la toile. En France, le webmarketing politique commence finalement depuis peu, mais vous ne pourrez plus l’éviter.

PS : si après un billet comme ça ils ne me payent pas un resto, je retire tout le bien que je pense d’eux.

Formations « Journées du web local » : 3 octobre à Paris, 10 octobre à Lille, 15 octobre à Lyon.

2013-08-tamento-3

Publicités