Le site Salade Lyonnaise se lance dans le payant #Lyon #media

Lors des municipales 2014 à Lyon, un OVNI journalistique a vu le jour : le blog Salade Lyonnaise, mené par le journaliste de Tribune de Lyon Antoine Comte. L’idée initiale : parler des coulisses de la campagne. Le site, qui proposait aussi aux internautes de participer en postant leurs photos insolites ou anecdotes, rencontra un certain succès qui validait le concept de son créateur.
Après quelques mois de brainstorming, Une nouvelle version voit le jour en décembre 2015, à l’orée d’une molle campagne des élections régionales. Plus dense et rubriquée, c’est vers le payant que lorgne la version de plus en plus finale que nous pouvons dorénavant consulter : en effet, à partir du 21 mars 2016, il faudra s’être abonné pour consulter les infos du site. Un pari risqué ? On en parle avec son créateur, qui nous présente les nouveautés auxquelles les « saladistes » auront droit.

2016-02-SaladeLyonnaise-logoOn s’était vu fin 2014 pour un bilan de la première version de Salade Lyonnaise. A l’époque, tu étais seul aux manettes, les choses ont bien évolué depuis : tu as une équipe autour de toi, un nouveau site, et même une appli pour mobiles. Qu’est-ce qui s’est passé entre-temps pour en arriver à cette version ?
Antoine Comte : On a toujours voulu relancer ce site qui avait vraiment bien fonctionné pendant les municipales de 2014. A cette époque, Salade Lyonnaise avait plus la forme d’un blog, où je parlais à la première personne du singulier et où je partageais une analyse personnelle. Mais vu le succès de ce concept inédit à Lyon, qui a permis de traiter les coulisses de l’actualité locale, on s’est dit qu’il fallait continuer, en élargissant à différents domaines autres que la politique, comme la culture, l’économie, la gastronomie ou la société… Ce sont des rubriques qu’on retrouve d’ailleurs dans Tribune de Lyon, avec des journalistes qui sont dédiés à ces thèmes, et qui ont chacun des infos de coulisses croustillantes. Comme je m’occupe aussi de la rubrique société et politique dans l’hebdomadaire, il m’était tout simplement impossible de me consacrer à temps plein sur le site comme je l’avais fait en 2014 durant les trois mois de la campagne.

L’angle est toujours celui des coulisses ?
Oui, plus que jamais. Il s’agit d’un site d’informations exclusives et de coulisses qu’on a pas vu ailleurs dans la presse lyonnaise…

2016-02-SaladeLyonnaise-portraitsVous avez aussi mis en place une rubrique revue de presse et des portraits de personnalités lyonnaises… C’est pour contextualiser ces coulisses, Lyon étant une ville où tout se décide loin des regards ?
C’est surtout pour apporter plus du contenu sur le site et le diversifier. En plus du fil d’infos de coulisses en continu, nous avons en effet décidé de créer de nouvelles rubriques. La revue de presse permet à nos lecteurs de savoir tout ce qui se passe à Lyon chaque matin à 7h30 et la rubrique « portrait de notables lyonnais » permet tous les mercredis de tirer le portrait d’une personnalité lyonnaise sous un angle décalé. Il peut s’agir d’un chef cuistot, d’un homme politique, d’un chef d’entreprise, d’un sportif, d’un musicien. Le but est à terme de créer un who’s who lyonnais. Autre rubrique, « la vacherie de la semaine », qui marche très bien, qui comme son nom l’indique est la phrase un peu vache balancée par exemple par un élu à un adversaire politique. On en a facilement une par semaine ! Ces rubriques sont des vrais rendez-vous dans la semaine avec nos lecteurs.2016-02-SaladeLyonnaise-vacherie-de-semaine
D’autres rubriques sont en train de se mettre en place, comme notamment la rubrique « Abonnés, c’est vous qui le dites »1, qui permet à nos abonnés de publier eux-même des articles sur les sujets de leur choix, ou de réagir à un article qu’on aura publié… Des « événements Salade Lyonnaise » seront aussi proposés lorsque le site deviendra payant fin mai. L’objectif sera de proposer une rencontre avec une personnalité lyonnaise. Ce seront des moments privilégiés réservés uniquement à nos abonnés.

Fin février, on a testé par hasard la section "c'est vous qui le dites"... Et en fait ça marchait vraiment...

Fin février, on a testé par hasard la section « c’est vous qui le dites »… Et en fait ça marchait vraiment…

Ces espaces d’expression pour les abonnés, ce sera dans la veine de ce que fait Médiapart avec de l’hébergement de blog ? Il y aura une modération ?
On est en train de réfléchir aux modalités, mais il y aura forcément une sélection et une modération pour cette rubrique. On a en tout cas envie que les abonnés aient leur place, qu’ils soient membres de la famille Salade Lyonnaise. C’est pour ça qu’on tient aussi particulièrement à ces événements Salade Lyonnaise. À part Le Progrès qui organise ponctuellement des rendez-vous entre ses lecteurs et une personnalité, ça existe peu à Lyon. Dans notre idée, ces événements seront assez libres, il ne faudra pas qu’un invité, par exemple politique, ait peur d’être un peu bousculé par les questions des abonnés.

2016-03-SaladeLyonnaise-abonnes_2

Du coup on l’a re-testé début mars : pas encore optimal, insérer des liens est pour le moment dangereux, mais c’est fonctionnel.

Y aura-t-il aussi des rendez-vous avec la rédaction ? Pour découvrir les coulisses du journal, ou revenir sur le traitement d’une affaire par l’équipe, par exemple ?
Si les abonnés sont intéressés, pourquoi pas.

Les articles sont pour le moment plutôt courts, ça le restera ?
Les portraits sont assez denses, la revue de presse couvre au minimum dix infos chaque jour, mais les articles d’actualité sont moins longs, c’est vrai. En fait, on s’est aperçu que les lecteurs aimaient beaucoup picorer rapidement différentes informations. Pour cela, et pour ne pas que les lecteurs décrochent, il faut donc que les brèves soient aussi courtes que piquantes et bien tournées. Après cela n’empêche pas des enquêtes plus longues, comme celle qu’on a réalisée récemment sur la Villa Gillet ou quand on a fait un long compte-rendu des coulisses d’une conférence de presse surréaliste de Laurent Wauquiez.

2016-03-SaladeLyonnaise-reboursVous êtes parmi les rares à Lyon à lancer une offre payante pour un site d’information. Confiants ?
Oui, en termes de fréquentation, le site a fait plus 160 000 pages vues pour 50 000 visiteurs uniques, en deux mois (de début janvier à début mars). Forcément l’audience baissera, lors du passage au payant, mais si les gens viennent nous lire, c’est qu’ils sont intéressés et que ça leur plaît. On est vraiment en train de prendre un tournant web à Tribune de Lyon qui n’existait pas il y a encore quelques mois. Concernant, les tarifs, nous pensons être dans la moyenne de ce qui se fait sur le marché. Nous proposons deux formules au mois et sans engagement. Un abonnement uniquement au site pour moins de cinq euros par mois et un abonnement au site, avec l’hebdomadaire Tribune de Lyon en version papier et numérique pour 9,90 euros par mois.

On avait déjà parlé dans ce bilan 2014 post-municipales de Salade Lyonnaise, de la complémentarité entre Les Potins d’Angèle, qui s’adresse au microcosme, et de ta démarche qui, si elle parlait du microcosme, s’ouvre à un public plus large, moins averti. Le fait que Tribune/Salade Lyonnaise et Les Potins cohabitent à la même adresse ouvre-t-il une perspective de collaboration entre les deux titres ?
Oui, mais on collabore déjà avec Gérard Angel, qui est le journaliste politique sans doute le mieux informé de Lyon. Il y a de vraies passerelles qui se créent entre Les Potins, Tribune de Lyon et Salade Lyonnaise. On est un peu sur le même créneau, mais sur des formes différentes. Salade Lyonnaise s’adresse à un public plus large parce qu’on ne parle pas que de politique. Et on s’adresse aussi à un public plus jeune aussi puisqu’il s’agit d’un site internet décliné pour smartphones et tablettes. On arrive bien à se compléter avec les Potins, je ne vois pas de concurrence. Les Potins d’Angèle sont lus par un microcosme composé essentiellement d’élus locaux, leurs collaborateurs et leurs cabinet. Salade Lyonnaise s’adresse aussi à eux, mais aussi à des lecteurs qui chercheront des infos gastronomiques, culturelles ou économiques. Je pense à des sujets que nous avons traités comme la crise à Sciences Po, l’affaire du prêtre Bernard Preynat, mais aussi l’installation d’un Hard Rock Café à Lyon ou le lancement d’un festival dédié à la bière…

L’appli Salade Lyonnaise, c’était prévu dès le départ ? A part Rue89Lyon2, toute la presse lyonnaise a son appli. Et en tant que consommateur d’info, je sais que le les lis moins à cause de ça, car ça nécessite de passer par leur site web.
Oui, parce qu’on s’adresse à un lectorat pressé, comme des élus, des chefs d’entreprises, des acteurs culturels qui sont de vrais consommateurs d’infos, mais qui n’ont pas forcément le temps de tout lire. Ce réflexe d’ouvrir l’appli pour scroller très rapidement les infos sur le site est quelque chose que nous avons eu en tête pour cette version 2016 de Salade Lyonnaise. Donc, oui même si le site est responsive pour les smartphones, l’appli sur Android et Apple était un outil indispensable pour nous.

2016-02-SaladeLyonnaise-rubriquesfutures

Les numéros de Tribune de Lyon disponibles en PDF dans Salade Lyonnaise, ça aussi c’était prévu ?
Oui, on a décidé de mettre en libre accès les numéros de Tribune de Lyon pour nos abonnés. Mais c’est une offre réservée uniquement aux abonnés qui choisiront la formule d’abonnement à 9,90 euros par mois. Je pense que c’est une bonne chose de proposer une offre globale avec une vraie complémentarité web et papier. Mais comme les gens sont consommateurs d’infos et pas forcément en version papier, on leur laisse la possibilité de choisir.

Dans sa future version payante, outre l’offre mensuelle et une offre à l’année, pas d’achat d’article à l’unité, comme le fait L’Équipe par exemple ?
Non, nous sommes une petite équipe et même si le service abonnement va s’occuper du suivi des abonnements et chouchouter nos abonnés, c’est trop compliqué techniquement à gérer. Après, si on a de nombreuses demandes d’achat à l’article, on avisera peut-être. Ça s’affinera. En plus de nos deux offres mensuelles, on propose aussi un abonnement annuel à 99 euros.

Tu es chef des éditions web de Tribune de Lyon, ce poste a été créé récemment. Qu’est-ce-que ça a changé au sein de la rédaction ?
Je m’occupe du contenu éditorial du site-mère qu’est Tribune de Lyon, et de celui de Salade Lyonnaise. J’anime chaque mercredi une conférence de rédaction web avec tous les journalistes de la rédaction de Tribune de Lyon, ce qui n’était pas le cas auparavant. Avant, nous étions exclusivement sur le papier, et on se contentait de publier sur le site nos articles du print, une fois que le journal n’était plus en kiosque. Nous avons aujourd’hui une vraie stratégie web, où les journalistes proposent les sujets de coulisses qu’ils vont traiter sur Salade Lyonnaise, et peut-être ensuite dans l’édition papier de Tribune de Lyon. La nouveauté, c’est que dès que nous avons un scoop, il est automatiquement publié sur Salade Lyonnaise et après on décline le sujet sur papier dans Tribune avec si possible un angle différent. Avant, nous faisions l’inverse.

2016-02-SaladeLyonnaise-TdL-chroniqueMachoCe traitement de fond sur le site de Tribune quand Salade Lyonnaise est porté sur l’actualité, c’est ce qui explique la place plus grande accordée à des éditos, des points de vue subjectifs comme « le macho de la semaine » de Nathalie Duran, ou les tiens sur les réseaux sociaux ?
En fait, on s’est surtout rendu compte que les lecteurs étaient friands de points de vue. Que des journalistes personnalisent leurs informations via des chroniques fonctionne très bien en général. Donc, on a décidé de montrer nos trombines. Mais ces chroniques qui sont propres au papier, et qu’on relaie ensuite sur le site de Tribune de Lyon, n’ont pas véritablement de lien avec le développement du web à Tribune de Lyon. J’ai choisi de faire une chronique sur les réseaux sociaux car personne n’en fait à Lyon, tout simplement.
Ces chroniques sont aussi liées à la nouvelle formule papier de Tribune de Lyon, lancée il y a quelques mois.

Pour la partie web, il y a le contenu rédactionnel, mais il y a aussi un important travail de veille : les retweets par le compte Twitter de Salade Lyonnaise ou ton compte personnel lorsqu’un article est partagé par un internaute sont fréquents.
Le but est quand même que nos infos soient reprises et que nos lecteurs voient nos articles et en parlent autour d’eux. Quand on a lancé cette nouvelle formule de Salade Lyonnaise début décembre 2015, on a pas hésité un instant : on a créé un compte Twitter et une page Facebook consacré exclusivement au site. On est aujourd’hui à plus d’un millier de followers, ça monte très vite. Concernant, la veille sur les réseaux sociaux, elle est réalisée par la webmaster de Tribune de Lyon, Véronique Lopes, qui anime tous les comptes Twitter et Facebook de Tribune de Lyon, Exit et Salade Lyonnaise. Avec Véronique, nous formons un duo de travail qui fonctionne bien. Elle sur la partie technique, moi sur la partie éditoriale. Dès qu’un journaliste va mettre en ligne un article sur Salade, elle va aussitôt s’occuper de la promotion de ce articles sur les réseaux sociaux. C’est vraiment primordial pour que le site fonctionne et gagne en visibilité.
2016-03-SaladeLyonnaise-twitter
Salade Lyonnaise interagit avec les internautes ?
Oui, même s’il y a une sélection et une modération. Quand certains internautes demandent des précisions, ou qu’un commentaire pertinent s’adresse à un journaliste, en général on répond. On peut parfois retweeter une réaction d’un twittos parlant d’articles publiés sur notre site, mais on ne va pas forcément y répondre, on ne prend pas de position sur sa réaction. En fait, on répond uniquement quand on juge que c’est nécessaire.

au 4 mars 2016, on peut lire un billet blog annonçant un événement daté du 8 février 2016. Hum.

Le bandeau blog de Tribune de Lyon : au 4 mars 2016, on peut lire un billet blog annonçant un événement daté du 8 février 2016. Hum.

En bas de la page d’accueil du site de Tribune de Lyon, il y a depuis plusieurs années une sélection de billets issus de blogueurs locaux. Mais ça fait quelques mois que j’ai l’impression qu’il y a peu de turn-over, ou que les billets sélectionnés restent trop longtemps sur cette page, au point de traiter d’un événement passé depuis plusieurs semaines. Tribune de Lyon a une présence sur les réseaux sociaux, des liens avec les twittos… Comment allez-vous aborner la blogosphère ?
Pour être parfaitement honnête, nous sommes tous très pris par Salade Lyonnaise en ce moment. Après, même si la blogosphère lyonnaise est très active, on se rend compte qu’il n’a pas forcément toujours des sujets très intéressants d’un point de vue éditorial. Bien souvent, les blogueurs lyonnais ont une vraie analyse sur des sujets de société, mais quand un blog se contente de faire un billet pour dire « j’ai acheté ce manteau dans tel magasin, il était pas cher, c’est super », je ne vois pas ce que ça apporte au final. On est quand même un journal, on ne peut pas se permettre de relayer tout et n’importe quoi. Quoiqu’il en soit, nous sommes actuellement en période de rodage pour trouver du contenu intéressant émanant de la blogosphère. Nous avons aussi envie de faire découvrir des blogs qu’on n’a pas l’habitude de voir, qui n’ont pas forcément beaucoup une grande audience, mais qui ont un point de vue original sur certains sujets.

1 « c’est vous qui le dites », une rubrique que j’ai l’honneur d’inaugurer, avec un billet sur les médias : Les médias lyonnais et le virage du web : l’inévitable tournant du payant ?

2 ceci est un message subtil et subliminal à l’équipe de Rue89Lyon, qu’on aime et qui fait un travail remarquable (jugement altéré car apparemment, un supporter marseillais se cache dans l’équipe rédactionnelle, je ne suis pas tout seul à Lyon, ouf). Il serait peut-être temps qu’on en parle sur ce blog, d’ailleurs… (de Rue89Lyon, pas des supporters marseillais)

PS : même si ce n’était pas volontaire, c’était classe d’être en une du site pendant quelques heures 😀

du coup vous avez pu voir ma bobine en une du site pendant quelques heures...

Publicités

6 réflexions sur “Le site Salade Lyonnaise se lance dans le payant #Lyon #media

  1. Pingback: « Les journalistes sont-ils toujours des influenceurs ? , le livetweet #media | «toniolibero

  2. Pingback: Les médias (lyonnais) et le virage du web : l’inévitable tournant du payant ? #media | toniolibero

  3. Pingback: Médias lyonnais : vers une nouvelle ère ? | toniolibero

  4. Pingback: En attendant la révolution d’octobre au Progrès : la PQR qu’on aimerait lire | toniolibero

Les commentaires sont fermés.